Et votre e-réputation pardi ! On peut l’améliorer par 10 « Ne pas… »

Apprendre par le négatif peut parfois être didactique, parce que c'est plus choquant. Je vous propose 10 commandements pour soigner votre e-Réputation. 10 choses à éviter et donc 10 choses à faire aussi.

Des réflexes basiques et simples à la vraie Stratégie Digitale, nous avons tous les moyens de nous offrir une protection minimale de notre identité digitale. En voici une version...

1) Ne pas agir ou dire en m’opposant aux valeurs que je souhaite incarner :

Les internautes peuvent pardonner plein de choses, mais certainement pas l’incohérence entre des propos ou entre propos et actions. Mes actes et mes publications doivent être conforment aux valeurs que je défends et qui façonnent mon image. Donc un seul devoir, une seule éthique : respecter ses propres valeurs !

2) Ne pas croire qu’il suffit de vivre cacher pour vivre heureux :
Nul besoin de m’étendre pour dire que si je ne parle pas de moi, d’autres s’en chargeront ! Donc un seul conseil : parler de soi et des thèmes qui vous définissent en tant qu’individu ou professionnel et toujours avec bienveillance, je ne le dirai jamais assez...

3) Ne pas vous contenter d’être populaire, alors que vous pouvez devenir influent :

La popularité et la première porte d’entrée qui mène vers la notoriété et le statut de personne influente. C’est toute la différence entre être connu et être reconnu. Si des liens parlent de vous ou de votre entreprise et s’accumulent sans avoir à bouger le petit doigt, si vous apparaissez par miracle en première page de Google avec des mots-clés larges ou si vous êtes populaire sans en avoir l’air, alors il est grand temps aussi de passer à la vitesse supérieure et prétendre au grade de Leader d’opinion. Cela passe en revanche par du temps, beaucoup de temps, mais tellement d’avantages ensuite.
Ceci est mon humble avis. Je ne voudrai pas vous influencer… ;-)

4) Ne pas imaginer que l’on devient connu sans vous en remettre au temps :

« Ne pas mettre la charrue avant les bœufs », encore un « Ne pas… » pour traduire le fait que certaines choses demandent du temps. Ce temps là ne doit en aucun cas être considéré comme du vulgaire temps perdu, car c’est durant ce temps perdu que vous deviendrez progressivement connu. La propagation de contenus repose sur des notions techniques, comme la fréquence d’analyse du web des moteurs de recherche, mais aussi sur des facteurs humains, comme l’attraction d’un article qui me poussera à la réflexion, puis peut-être à l’action d’Aimer, de Partager ou de Commenter. Une durée de 3 à 6 mois n’est pas superflus pour obtenir des premiers résultats probants et collecter des statistiques précieuses et manipulables.

5) Ne pas imaginer que l’on devient reconnu sans effort :

« La reconnaissance est la mémoire du cœur », Henri Lacordaire.
Il faut d’abord marquer les esprits et s’acheter, par le travail et par l’effort, une notoriété solide. C’est ensuite et ensuite seulement que l’on deviendra reconnu dans un domaine. Cela demande un certain don de soi pour donner avant de recevoir. Cela demande de l’altruisme, de l’empathie et un esprit d’ouverture qui doit être à la hauteur d’une ère sociale, communautaire et collaborative. Seuls les individus constants dans leur fréquence de publications, respectueux de leurs propres valeurs et soucieux des autres parviennent à franchir des montagnes… par une simple ténacité à travailler et à vouloir bien faire.

6) Ne pas vous tromper de réseau, pour ne pas vous tromper de cible :

La communauté Twitter, n’est pas la même que celle de Facebook, de Linkedin ou de Pinterest, ni dans l’esprit, ni surtout dans les sujets abordés et leur teneur. Sur tous les réseaux il y a des jeunes, des seniors, des chefs d’entreprise, des ouvriers, des ados, des révolutionnaires, des philosophes, des meneurs ou des grandes gueules, mais il est important — selon votre domaine d’activité ou votre passion — de dénicher celui ou ceux qui seront les mieux adaptés à vous. Sachez réfléchir avant d’opter pour telle ou telle plateforme et étudiez bien chaque typologie d’utilisateurs.

7) Ne pas tomber dans le piège de l’égocentrisme aigu :

Parler de soi sans être un peu égocentrique, c’est pas si simple, soyons franc ! Par ailleurs, il serait osé de prétendre que l’on puisse parler de soi en mettant en avant que ses mauvais côtés… sérieux, qui fait ça sur le Net ? Aussi, l’idée n’est pas de dire « Ne soyez pas fier de ce que vous êtes ou de ce que vous faites », mais de tempérer cette auto-satisfaction en ouvrant le sujet sur les autres, plutôt qu’en le conservant tourné vers vous. C’est une astuce comme une autre, mais qui a deux intérêts : vous éloigner d’une rédaction égocentrique et rendre vos propos intéressants pour d’autres. Le Graal du Community Manager !

8) Ne pas faire ses propres publications ou auto-critiques pour plus de crédibilité :

Une autre astuce pour non seulement paraître plus crédible, mais apporter un autre style et une autre façon de dire les choses : faites écrire vos publications ou articles par d’autre, ils sauront vous vendre bien mieux que vous et sauront l’exprimer avec des mots souvent plus juste, ou en tous les cas, plus proches de ce que les gens pensent de vous, normal.

9) Ne pas publier sans penser aux effets papillons d’une communication spontanée :

Ne négligez jamais le pouvoir diabolique de la touche ENTER, parce que derrière ce retour chariot aux allures inoffensives, ce cache un effet boomerang sans retour facile. La spontanéité n’a sa place que dans un fil de discussion léger et bienveillant et sur un réseaux dont les paramètres de confidentialité sont un minimum modérés. Des tas de personnes et d’entreprises payent aujourd’hui de grosses sommes pour une prestation de déférencement auprès d’agences spécialisées dans la protection de la e-Réputation. Alors faites place à la réflexion avant d’agir. Mieux encore, optez pour une Stratégie Digitale qui saura vous guider sur le chemin d’une bonne communication sereine et sécurisée.

10) Ne pas pas vous satisfaire de 10 avis positifs en négligeant le seul avis malveillant :

Attention, Attention, la malveillance est présente, puissante et virale !
Les gens se sont toujours trouver une passion, ou tout du moins une certaine attirance, pour le malheur des autres. Preuve en est la popularité ancestrale de tous ces magazines à scandale.
Je suis de ceux qui croient fortement au bon esprit communautaire.
Je suis de ceux qui croient aussi en la bienveillance ancrée dans cette nouvelle génération de jeunes, plus ouverte et plus sociable me semble-t-il.
Je suis de ceux qui préfèrent voir le bien chez les gens plutôt que le mal.
Naïf ? Certes NON, mais une philosophie de vie ou une protection anti-morosité et anti-dépression OUI.

Pour autant, je sépare bien les choses et anticipe le mal sans penser qu’il peut uniquement venir des autres. Le travail d’un bon Community Manager ou d’un Expert en e-Réputation est aussi de trouver en soi — ou en ses propres clients — les faiblesses et menaces que l'on porte en nous, ou qu’ils portent en eux et qu’ils peuvent transmettre par manque de recul ou de connaissances. Un avis malveillant peut aussi être fondé dans la forme ou dans le fond, mais pas de panique... votre expert en e-réputation est là !

Google / Facebook