Quel sera le visage du display en 2015 ?

Notre écosystème aime les acronymes et nous avons pour ambition de prédire celui qui marquera 2015 : "Efficient Proximity Storytelling". Raconter une histoire à un public proche de la marque de l’annonceur avec efficacité, voilà notre vision de 2015 en nous basant sur 4 prédictions.

En 2015, le programmatique aura définitivement supplanté le RTB.

Le RTB va plafonner à 20-25% des achats digitaux alors que le programmatique (private market-place et toutes formes de deals non-public) en représentera 75-80%. Plus que la technologie c’est leur finalité respective qui explique cette différence : le RTB se mesure par le prix d’achat alors que le programmatique s’apprécie par la valeur générée. A la logique de prix d’achat et de volume du RTB, le programmatique à cela de particulier qu’il se mesure à la qualité de la cible atteinte qui est et restera l’objectif principal de l’annonceur. 

En 2015, le mobile deviendra prédominant.

Le basculement vers le mobile a déjà eu lieu : nous passons devant les écrans de nos mobiles 30% de temps en plus que devant ceux de nos ordinateurs. Pour autant les investissements sont encore très loin de le refléter : 45% de l’investissement digital aux USA, 30% en Angleterre et seulement 15% en France !

C’est en partie lié à des problématiques de tracking mais la tendance est mondiale et la France ne tardera pas à basculer. Le monde est mobile first, la publicité en 2015 le sera également. 

En 2015, nous commencerons à ne plus subir la visibilité et la fraude

La visibilité et la fraude, qui sont en partie le même sujet, commencent à devenir obssessionnels pour l’ensemble de l’adtech. Et si l’on s’accorde sur l’impact qu’elles représentent sur le marché, il faut reconnaître que c’est notre propre écosystème qui est à l’origine de ces détournements.  Plus que de résoudre techniquement ces sujets, 2015 les verra diminuer par l’effet des offres qui s’orienteront plus fortement vers la performance où l’annonceur ne paiera que ce qu’il voit (à commencer par le clic). 

En 2015 enfin, les publicités gagneront leur public

Le public n’est pas allergique à la publicité, pas plus aujourd’hui qu’il y a 15 ou 20 ans. L’émission des années 90 Culture Pub avait démontrée en son temps qu’il était possible de faire de la publicité un contenu plébiscité par un large public sur un media de masse. Il faut réconcilier la publicité digitale avec son public !

En 2015 la publicité deviendra encore plus un media et saura, en se rapprochant de son audience, séduire et captiver. Nous passerons d’une publicité privilégiant la puissance à une publicité impactante qui saura trouver et parler à sa cible. Le « Storytelling » efficace sera une manière de redonner du sens à la publicité.

La télé est un media de masse alors que la publicité digitale est supportée par des medias de niches en masse. C’est avant tout une histoire de data, une data qui permet de prédire des intentions en capturant les attentes et les actes. 

En 2015, je crois fermement qu’une publicité digitale orientée vers la performance, de par sa construction, son modèle économique et prenant en compte les nouveaux usages deviendra progressivement la norme. Les signaux de ce changement structurant sont ainsi multiples et convergent tous vers cette conclusion.

 

Media / Display