Créer une application iPhone : combien ça coûte ? Une charte graphique : entre 10 000 et 50 000 euros

A l'instar d'un site Internet, l'univers graphique d'une application n'est pas un aspect anecdotique de son développement. "C'est d'autant plus vrai aujourd'hui que le mobile est de plus en plus souvent la porte d'entrée au sein de l'univers de la marque, sa vitrine", explique Vincent Frattaroli. Et ce dernier d'ajouter que nombre de ses clients, lorsqu'ils refont leur site Web, s'inspirent d'ailleurs de ce qui a été fait sur mobile. 

la nouvelle application de groupon reprend les codes de la marque.
La nouvelle application de Groupon reprend les codes de la marque. © iPhone

L'univers graphique et le travail de l'ergonomie sont des aspects fondamentaux dans la création d'une application car ils constituent des éléments très différenciants. "L'arrivée d'iOS 7 et du flat design a redonné beaucoup de libertés aux marques, les codes ergonomiques imposés sont beaucoup plus rares", note Vincent Frattaroli. Mais l'arrivée du nouvel OS d'Apple a également rendu plus importante la nécessité de travailler la fluidité des mouvements et les transitions, pour proposer l'expérience utilisateur la plus aboutie possible. Cette contrainte se ressent au niveau du portefeuille. "Le poste peut représenter jusqu'à 50 000 euros, si ce n'est plus", chiffre Renaud Ménérat. Car le mobile, de plus en plus, conduit à la création d'une charte, et les droits qui lui sont associés peuvent être coûteux. "L'essor d'Android a d'ailleurs fait naître des applications 'platform agnostic' au sein desquelles ce n'est plus l'OS qui impose ses codes, mais la marque qui définit les siens".

Jusqu'à 30% du budget d'une application

Pour qu'une application iPhone soit remarquée, il faut d'abord qu'elle soit remarquable. Le travail créatif d'une application concerne l'élaboration de storyboards, de visuels, d'animations et d'éléments de navigation (menus, boutons, etc.).  Une tâche qui peut se révéler longue, près d'un mois et qui peut représenter, selon certains prestataires, entre 25 et 30 % du budget de développement.

Autour du même sujet