Marché du mobile en France : équipements, usages et enjeux Google et Apple en tête, Microsoft en trouble-fête ?

Dans une étude publiée en septembre 2012, le cabinet Deloitte faisait le point sur le marché du mobile. "Les Français et leur mobile, c'est une histoire qui marche, explique Alexandre Buselli, associé responsable du secteur télécom et média chez Deloitte. 41% des Français sont équipés d'un smartphone et 15% d'une tablette."  Alors que de plus en plus de Français sont multi-équipés et que le smartphone remplace progressivement le mobile traditionnel, la bataille est rude entre les fabricants pour s'accaparer la plus grosse part du gâteau.


"Après avoir créé presque à lui seul le marché des smartphones et des applications mobiles, Apple semble rentrer dans le rang. La marque à la pomme qui pouvait, jusqu'à il y a peu, s'appuyer sur la fidélité quasi religieuse de ses fans, s'efface au profit de son grand rival, Google, déclare Jules Minvielle, directeur général de l'agence de marketing mobile, Surikate. L'iPhone 5, s'il se vend bien, n'a pas été la révolution attendue." Dans le même temps, après une première vague de produits pas forcément au niveau, Google a noué des partenariats de qualité, s'appuyant sur HTC et, surtout, Samsung. " La sortie du Galaxy S3, qui est considéré par beaucoup comme le produit le plus abouti, a coïncidé avec la montée en puissance d'Android", note Jules Minvielle. Depuis, les deux géants se livrent à un véritable bras de fer. Dernier exemple en date, l'éviction de Google Maps jusque-là installé par défaut dans les iPhones... et la sortie tumultueuse d'une version Apple, Plans, constellée d'approximations.
Microsoft devant Apple en 2016 ?

Et Microsoft dans tout ça ? Arrivée sur le tard, la firme de Redmond souffre encore d'un démarrage lent, en témoigne son maigre 4,1% de part de marché au dernier trimestre 2012. Mais elle pourrait vite venir jouer les trouble-fêtes. L'institut IDC prédit que l'OS mobile de Microsoft aura multiplié sa part de marché par 4 dans le monde, en 2016, ravissant à iOS, sa deuxième place. "ll sera aidé par la puissance de Nokia sur des marchés émergents clés", notait l'institut. "Le timing me parait serré, d'autant que la progression sera certainement plus mesurée en France", tempère Jules Minvielle. La stratégie de Microsoft de s'appuyer sur un OS visuellement homogène que l'on soit sur ordinateur, tablette ou smartphone peut néanmoins s'avérer payante, en offrant une même expérience à ses utilisateurs, où qu'ils se trouvent. "Laissons le temps à Windows 8 de s'implanter avant de juger, temporise-t-il. Quoi qu'il en soit, son emprise sur le marché des ordinateurs permettra sans doute à Microsoft de séduire de nouveaux utilisateurs mobiles."

 

Alors que, selon le cabinet d'étude GFK, plus de 1,45 million de tablettes tactiles avaient été écoulées en France lors de l'année 2011, ce nombre devrait être doublé pour l'année 2012, selon le même institut. Prophétisée comme un substitut idéal à un netbook vieillissant, la tablette s'installe progressivement dans les foyers français et excite bien sûr les convoitises des fabricants. Apple reste le numéro un mais sa position a été fragilisée par la déferlante de tablettes low-cost en fin d'année. "La sortie de l'iPad mini est, à ce titre, très révélatrice des inquiétudes qui affectent le management de la société car elle constitue un mouvement de défense aux attaques de la concurrence", juge Jules Minvielle. Une première pour une entreprise dont l'ADN se nourrit d'innovation et créativité et qui devra faire face à l'émergence annoncée de Kindle Fire et des tablettes Windows 8 en France.

Microsoft / Google