Michel Cymes veut se faire une place dans l'e-santé avec Betterise

Betterise santé connectée Cofondé par le médecin star du petit écran, Betterise se lance avec une offre BtoB pour séduire les entreprises soucieuses du bien-être de leurs collaborateurs.

Apple qui lance son Health Kit, Microsoft son Band, Google qui invente des lentilles mesurant la glycémie... Les géants du Web s'intéressent de près au domaine de l'e-santé à mesure que les objets connectés et la pratique du "quantified self" se démocratisent. Dans leur sillage, la start-up française Betterise vient de lancer sa plateforme et son application iOS qui doivent permettre aux utilisateurs de mieux prendre soin de leur santé. "Chaque utilisateur entre des données pour construire son profil santé, les conseils dispensés seront affinés à mesure qu'il utilise l'application", explique l'un des cofondateurs, Paul-Louis Belletante. Betterise s'appuie pour se faire sur un algorithme propriétaire mis en place par un collège d'experts médicaux, sous la direction du docteur et animateur TV, Michel Cymes.

cymes 300
Michel Cymes pilote le projet de Betterise. © Betterise

Combien d'heures a-t-il dormi ? Ou part-il ce week-end ? Qu'a-t-il mangé la veille ? Le majordome de la santé ambitionne d'identifier d'éventuels dysfonctionnements et d'améliorer les habitudes de l'utilisateur sans pour autant verser dans l'anxiogène. "Prendre soin de soi doit rester un plaisir. Nous voulons casser les codes de la prévention auxquels beaucoup de gens sont devenus hermétiques et challenger l'utilisateur en l'incitant à relever des défis", précise Paul-Louis Belletante. Ainsi le service proposera-t-il une balade dominicale du côté des Buttes-Chaumont à un utilisateur qui habite le 20e, un dimanche ensoleillé. S'il s'acquitte de son défi, il gagne des points.

Si l'utilisateur est libre de renseigner lui-même ses informations, la plateforme est également compatible avec toute une batterie d'objets tels que Wisfit, Fitbit, Jawbone, Withings, Basis et Runkeeper, dont elle intègre les données récupérées grâce aux trackers d'activité et capteurs de santé. "Il s'agit de donner de l'intelligence à ces informations", précise Paul-Louis Belletante qui reste toutefois mesuré sur le rôle de ces outils. "Beaucoup tiennent du gadget. Les outils de mesure ne sont pas toujours très rigoureux... De sorte que nous en faisons un complément plus que la moelle épinière de notre service". 

Lancé le 1er octobre, le service a déjà séduit près de 5 000 utilisateurs. Disponible jusque là gratuitement, il vient de devenir payant, disponible moyennant 14,90 euros par mois. Un tarif qui oriente naturellement le produit du côté du monde de l'entreprise. "On peut effectivement penser qu'une grande partie de notre chiffre d'affaires proviendra du BtoB et de notre offre de licences vendues au volume aux entreprises désireuses de les offrir à leurs collaborateurs, voire à leur client", convient Paul-Louis Belletante. Car si la problématique du "corporate healthness" s'invite de plus en plus dans les préoccupations du top management, les entreprises disposent de peu de moyens dans le domaine. Betterise ambitionne donc de leur proposer une alternative facilement déployable, en toute indépendance de la direction.

betterise
Le tableau de bord de Betterise. © Betterise

L'utilisation de ces informations sensibles fait l'objet de toutes les attentions. Betterise préfère donc jouer la transparence : "l'entreprise n'a aucune prise sur ces données, elle reçoit juste des tableaux de bords et des statistiques sur des échantillons d'au moins 100 personnes anonymisées", rassure Paul-Louis Belletante. Elle peut donc voir les éventuels dysfonctionnements dans les très grandes lignes, mais ne pourra bien évidemment pas faire du cas par cas. Une obligation pour Paul-Louis Belletante qui a encore en tête le tollé suscité par le partenariat entre Axa Assurances et Withings. "L'important est de préserver la confiance de l'utilisateur".

Ce dernier pourra d'ailleurs bientôt bénéficier d'articles plus approfondis, des recettes de cuisine adaptées à son profil et de programmes de coaching vidéo (une vingtaine pour commencer autour de thématiques telles que la nutrition, le stress, le renforcement musculaire ou le sommeil). "Nous réfléchissons également au développement d'outils de mesure propriétaires, toujours dans cette logique de donner les conseils les plus rigoureux possibles".

Apple / E-Santé