Le Royaume-Uni veut booster le développement des voitures autonomes

Le gouvernement débloque 28,7 millions d'euros pour la R&D dans le secteur des voitures autonomes et instaure des règles pour tester les véhicules.

Le gouvernement britannique veut faire de ses acteurs innovants en matière de voitures autonomes des leaders mondiaux –pas étonnant quand on sait que l'industrie pourrait peser 1 300 milliards d'euros d'ici à 2015 ! Un fonds de 20 millions de livres (28,7 millions d'euros) vient d'être débloqué pour être investi en recherche et développement dans le domaine, pour des projets destinés à intégrer les véhicules autonomes dans la société civile. C'est la première tranche d'un investissement total de 100 millions de livres (143 millions d'euros) injecté par le gouvernement dans les voitures autonomes, annoncé en mars dernier.

En parallèle de l'investissement, le gouvernement a annoncé la mise en place d'un code de bonnes pratiques pour les tests des voitures. Les quelques voitures autonomes déjà testées sur les routes britanniques devront désormais s'y soumettre. Le gouvernement impose la présence d'un chauffeur qui peut reprendre le contrôle du véhicule à tout moment, en cas de problème (comme pour les Google cars aux Etats-Unis).

Stocker les données pour analyser les accidents

Les voitures devront être assurées et obéir au code de la route, bien sûr. Le chauffeur/superviseur devra être titulaire du permis de conduire et suivre les règles traditionnelles du code de la route même lorsque c'est la voiture autonome qui conduit sans son aide : pas d'utilisation du téléphone, par exemple. Les autorités (police, pompiers) devront être averties de tous les tests en cours. Enfin, les voitures autonomes devront enregistrer et stocker les données quand elles sont sur la route, pour pouvoir analyser quels ont été les problèmes rencontrés en cas d'accident ou de panne. 

Google Car