Rovio, éditeur d'Angry Birds, va licencier plus d'un tiers de ses salariés

L'éditeur finlandais Rovio a annoncé le licenciement de plus d'un tiers de ses effectifs et va recentrer son activité autour des jeux, des produits dérivés et du film Angry Birds.

Le succès phénoménal de Rovio et de son jeu Angry Birds semble bel et bien terminé. Le studio vient d'annoncer un plan social concernant 260 de ses 700 salariés. Une annonce qui s'ajoute à la suppression de 130 emplois fin 2014. Seuls les salariés travaillant sur le film Angry Birds et basés aux Etats-Unis et au Canada seront épargnés : toutes les autres branches verront leurs effectifs diminuer. Le siège finlandais sera durement touché.

Chute de 9% du chiffre d'affaires en 2014

"Nous avons fait beaucoup trop de choses, analyse Pekka Rantala, le patron de Rovio, dans un communiqué. Nous devons désormais nous concentrer sur ce que nous faisons de mieux." Rovio va donc recentrer son activité autour de ses jeux (Angry Birds 2, lancé cet été, a été téléchargé plus de 50 millions de fois en un mois), du film en préparation et des produits dérivés.

En 2014, Rovio a enregistré une chute de 9% de son chiffre d'affaires, à 158,3 millions d'euros. En cause : l'érosion des ventes de ses produits dérivés (41,4 millions d'euros en 2014 contre 73,1 millions en 2013). La marque compte bien relancer sa notoriété grâce au film d'animation, produit par Sony Entertainment, dont la sortie est prévue en mai 2016. Budget : 80 millions de dollars.

Jeux / Licenciement