Malmenée, l'Hadopi dresse son bilan

Pour la cinquième fois, l'Autorité de la lutte contre le piratage a remis son rapport annuel. Elle dresse un nouveau bilan de son activité, sur fond de remise en cause de son utilité.

Cinq ans après sa création, le mécanisme de riposte graduée n'a jamais été autant enclenché qu'en 2015. Les demandes d'identifications aux fournisseurs d'accès sont passées de 30 à 50% des saisines des ayants droit. En outre, 246 dossiers ont été transmis au procureur, contre un total de 361 depuis 2010. Depuis cette date, 4,9 millions de premières recommandations ont été envoyées aux internautes et 482 000 deuxièmes recommandations. Pourtant note l'Hadopi, le peer-to-peer, sa seule "cible", ne représenterait plus que 9% des téléchargements de musique...

Doté d'un buget de 8,5 millions d'euros pour 2016, l'Hadopi est actuellement malmenée. En externe, d'abord depuis le rapport du sénateur Jacques Mézard publié en octobre, qui invite à sa fermeture, ou au moins sa transformation pour régler son inefficacité. En interne ensuite, où l'affaire Eric Walter, son secrétaire général licencié, réintégré par le tribunal administratif, puis suspendus de ses fonctions, continue de créer des remous. 

A lire aussi : 

 

Hadopi / Bug