Ces entreprises du Web ont dit non aux milliards Sarenza et Spartoo ont éconduit Amazon

sarenza et spartoo ont refusé les offres de rachat d'amazon
Sarenza et Spartoo ont refusé les offres de rachat d'Amazon © Photomontage JDN/Fotolia/Irochka

Amazon mise sur la chaussure. Mi-2009, le détaillant américain rachète l'inventeur de la vente de chaussures en ligne, Zappos.com, pour 928 millions de dollars. Mais avant de mettre la main sur le pionnier, Amazon s'est intéressé à certains acteurs européens inspirés par le succès de Zappos. Les français Sarenza et Spartoo font partie de ceux-là. "Amazon nous a fait une offre pour nous racheter, mais nous n'avons pas envie d'être vendus", expliquait fin 2009 Stéphane Treppoz, le PDG de Sarenza. De son côté, Spartoo indique avoir décliné fin 2008 une offre de rachat du cybermarchand américain, estimant qu'une cession était encore prématurée. Le géant américain s'est finalement consolé en ouvrant fin 2009 son propre site de vente de chaussures au Royaume-Uni, Javari.

Sarenza / Amazon