Le marché des jeux d'argent s'ouvrira à la concurrence en 2009

Le ministre du budget Eric Woerth a présenté à Bruxelles le cadre que propose la France pour une ouverture maîtrisée des jeux d'argent en ligne. L'ouverture à la concurrence est prévue pour mi-2009.

La France prévoit enfin d'ouvrir son marché aux jeux d'argent en ligne. Mardi 3 juin, le ministre du Budget Eric Woerth a rencontré le commissaire européen au marché intérieur, Charlie McCreevy, afin de lui présenter son plan d'action en la matière. Jugeant que les monopoles français sur les jeux d'argent sont contraires aux règles européennes sur la libre prestation des services, Bruxelles avait ouvert en juin 2007 une procédure d'infraction contre la France.

 

Pour le moment, seuls trois secteurs sont concernés : les paris sportifs, le PMU, et le poker. Les jeux de loterie et les machines à sous resteront illégaux, au grand dam des casinotiers qui réclament de pouvoir pratiquer sur Internet leur cœur de métier, et que les jeux de poker leur soient réservés (lire l'interview de Patrick Partouche : "Je ferai tomber le monopole de la FdJ sur les jeux de grattage si elle touche au poker", du 15/05/08).

 

Selon l'AFP, un projet de loi pourrait être discuté en conseil des ministres dès la semaine prochaine, à moins que plusieurs dispositions n'intègrent la prochaine loi de Finances. En attendant les décrets d'application, l'ouverture du marché du jeu sur Internet ne sera effective, au mieux, qu'à la mi-2009.

 

D'ici là, la France entend mette en place un cadre légal d'ouverture "maîtrisée". C'est-à-dire respectant les impératifs d'ordre public comme la lutte contre le blanchiment d'argent et l'addiction au jeu. Le gouvernement va par ailleurs créer une autorité de régulation indépendante qui se chargera de l'attribution des licences et du contrôle des acteurs autorisés à opérer en France.

 

Selon l'Egba, le marché européen du jeu d'argent en ligne devrait atteindre 9,5 milliards d'euros en 2012, contre 4,4 milliards en 2006. Le lobby européen des acteurs du secteur estime par ailleurs que le marché français pourrait dépasser le milliard d'euros par an. Pour le moment, les jeux en ligne de la Française des Jeux et du PMU représentent 580 millions d'euros. Soit 3 % de leurs 21 milliards d'euros de chiffres d'affaires cumulés.

Jeux / Eric Woerth