Les acteurs américains veulent toucher des droits sur le Web

Après les scénaristes, les acteurs veulent également être rétribués pour la diffusion de leurs films sur le Web et le mobile. Le principal syndicat d'acteurs d'Hollywood menace de faire grève.

La grève couve encore à Hollywood. Après trois mois de conflit ayant opposé les scénaristes américains aux studios de cinéma et de télévision à la fin de l'année 2007, c'est au tour des acteurs de revendiquer leur part du gâteau des droits d'exploitation des contenus télévisés et cinématographiques sur Internet et sur mobile. Mardi 6 mai, l'alliance des producteurs de cinéma et de télévision (AMPTP) a rompu les négociations avec la Screen Actors Guild (SAG), principal syndicat américain des comédiens.

 

Ces discussions, engagées depuis trois semaines portent sur la définition de nouveaux termes du contrat relatif aux conditions salariales des acteurs, qui expire le 30 juin prochain. Le nouveau contrat doit porter sur les sept années à venir. Comme pour les scénaristes (lire Les scénaristes américains toucheront des droits sur Internet, du 12/02/08), le conflit entre acteurs et producteurs porte sur les "droits annexes", parmi lesquels figurent les droits générés par Internet, qui n'ont encore jamais fait l'objet d'accord.

 

Avec le développement de la diffusion de films et séries sur le Web, la SAG veut que le nouveau contrat englobe ce nouveau canal de distribution, ainsi que le mobile, via un intéressement aux revenus générés par ce biais. Elle revendique également pour ses 120.000 membres une plus grosse part sur les ventes de DVD. Ce que l'AMPTP refuse, jugeant "déraisonnables" les revendications du syndicat.

 

Face au blocage, les studios ont débuté le 7 mai un nouveau round de négociations avec un syndicat concurrent, l'American Federation of Television & Radio Artists (Aftra, 70.000 membres). Objectif : parvenir le plus rapidement possible à un accord. Les producteurs redoutent un blocage similaire à celui provoqué par la grève des scénaristes entre octobre 2007 et janvier 2008, qui avait engendré un manque à gagner d'environ 3 milliards de dollars.

 

Les discussions entre la SAG et les producteurs ne sont pas définitivement arrêtées pour autant. La SAG va étudier à nouveau les propositions des studios avant une reprise des négociations prévue le 28 mai. En attendant, le syndicat maintien la menace d'une grève pour le début du mois de juillet. Cette épée de Damoclès semble d'ores et déjà fonctionner. En septembre dernier, une liste de 300 films prioritaires avait déjà été établie par les studios hollywoodiens en prévision d'un éventuel débrayage. Ces longs-métrages devront être bouclés avant le 30 juin prochain.

Autour du même sujet