Microsoft paie les internautes pour qu'ils utilisent son moteur

Microsoft est prêt à tout pour prendre des parts de marché à Google dans la recherche. Sacrifiant une partie de ses revenus, il rémunère les internautes qui achètent des produits par son intermédiaire.

Live Search veut devenir "le moteur qui paie ses utilisateurs". Le moteur de recherche de Microsoft a lancé mercredi 21 mai son service de cashback, sobrement baptisé "Live Search Cashback". Disponible uniquement aux Etats-Unis, Microsoft ne prévoit pas pour l'instant de décliner ce service dans d'autres pays. L'entreprise ne semble cependant pas s'interdire d'élargir le système aux achats effectués par téléphones mobiles ou directement en magasins.

Comme l'ensemble des services de cashback, celui de Live Search rémunère les internautes qui l'utilisent pour trouver des sites marchands sur lesquels ils passent commande. Pour chaque produit recherché, le moteur de Microsoft affiche le prix pratiqué par le marchand, ainsi que la part du prix d'achat reversé si l'internaute finalise la transaction par son intermédiaire. Pour l'achat d'un baladeur iPod Touch, la part de cashback peut aller de 2 à 6 % du prix d'achat en fonction des marchands.

Le prix d'achat, fixé par le vendeur, reste variable d'un site marchand à l'autre. Selon Microsoft, il s'agit des frais qu'acquittent les vendeurs pour être référencés par le moteur. Dès lors que les utilisateurs ont accumulé au moins 5 dollars de cashback, Microsoft propose de les rembourser (par chèque, virement bancaire ou sur un compte Paypal) en leur reversant l'intégralité de la remise accordée par le marchand. Microsoft affirme ne rien percevoir sur cette activité.

Pourquoi donc choisir d'abandonner une partie de ses revenus liés au search ? Microsoft semble espérer grignoter des parts de marchés à Yahoo et à Google grâce au cashback. Comme en France, Microsoft occupe la troisième position du marché du search. Le groupe dispose outre-Atlantique d'une part de marché d'environ 9 %, alors que Google domine près des deux tiers du secteur et que sa domination ne cesse de croître. Yahoo de son côté dispose d'environ 20 % du marché de la recherche.

En lançant ce service de cashback, Microsoft chercherait à faire coup double : la facturation à l'achat, plus rassurante que celle au clic pour les annonceurs, permettrait au moteur d'attirer un plus grand nombre de vendeurs pour accroître ses revenus. Et la promesse d'une rémunération en retour d'un achat pourrait convaincre les internautes de préférer, au moins pour les requêtes de shopping. Selon eMarketer, 68 % des transactions réalisées en ligne aux Etats-Unis débutent par une recherche sur un moteur, soit 3,7 milliards de transactions.

Le groupe fondé par Bill Gates a également annoncé le lancement de Live Search Farecast, dont la technologie a été développée par une start-up acquise en avril. Ce comparateur de vols suggère aux internautes une période d'achat pour leurs billets d'avion en fournissant des probabilités sur l'évolution à la hausse ou à la baisse de leur prix. Disponible pour quatre voyagistes en ligne, Hotwire, Expedia, Travelocity et Priceline, Farecast devrait être le prochain service de recherche de Microsoft à intégrer un système de cashback.

Microsoft / Google