Murdoch peut-il s'en sortir sans Google ? Faire payer : une stratégie gagnante ?

la page d'accueil du wall street journal
La page d'accueil du Wall Street Journal © DR

Rupert Murdoch peut-il espérer rentabiliser les activités Web de ses journaux en rendant leur accès payant ? Sur la centaine de journaux détenus par News Corp, un seul fait payer l'accès des internautes à ses contenus : le Wall Street Journal. Sur une audience revendiquée de plus de 26 millions de visiteurs uniques mensuels, la version en ligne du journal affiche un peu plus d'un million d'abonnés payants, soit environ 4 % de son audience Web. 

 

Avec une formule de base à 1,99 dollar par semaine, l'abonnement payant pourrait rapporter aux alentours de 110 millions de dollars de chiffre d'affaires au site. Ce à quoi s'ajoute la part d'internautes abonnés au journal papier et bénéficiant de l'édition en ligne. Depuis l'automne, le quotidien économique fait également payer sa consultation sur les terminaux mobiles, par un abonnement à 2 dollars par semaine, réduit à 1 dollar pour des lecteurs déjà abonnés à l'édition papier ou Internet. Le journal ne donne cependant pas de chiffres sur ses abonnements mobiles. 

 

Ce succès pourrait ne pas se décliner sur d'autres titres du groupe. Outre un marché domestique (les Etats-Unis) très large, Le Wall Street Journal est en effet le seul titre du groupe à disposer d'une réelle diffusion internationale, disposant de déclinaisons en Europe ou en Asie. Le passage des sites de News Corp au payant et leur disparition de Google devrait par ailleurs mécaniquement faire chuter leur audience et leur puissance publicitaire. Pas sûr, donc, que le groupe de Rupert Murdoch puisse se passer, pour ses sites médias, d'une partie du milliard d'internautes que Google se vante de renvoyer aux portails d'information via Google News.

Google / Moteur de recherche