Twitter vaut-il vraiment un milliard de dollars ? Une valorisation surestimée ?

"Dans ce business, le plus gros emporte tout"

Autant que le montant de la levée, la valorisation de la start-up à un milliard de dollars peut paraître extravagante. Et pourrait même amener à penser à une "bulle" médiatique et financière autour de Twitter. "Cette valorisation peut paraître folle à première vue mais peut avoir du sens, explique Philippe Collombel, partner chez Partech International. On a crié au fou lorsque Google a réalisé une IPO à 25 milliards de dollars. Il en vaut aujourd'hui 140 milliards. Nous sommes sur un business dans lequel le plus gros empoche tout. L'enjeu pour Twitter n'est donc pas de trouver la rentabilité au plus vite, mais de devenir le leader incontesté de son secteur en atteignant le plus vite possible une masse critique." 

 

Autre hypothèse : "cette valorisation peut servir à marquer un prix de revente", selon Pascal Mercier, directeur associé de Global Equities. Suite au passage d'un hacker allemand dans le système de la plate-forme de micro-blogging plus de 300 documents internes avaient été subtilisés, dont une partie avait été publiée sur le Web. L'un d'entre eux évoque justement la possibilité de mandater la banque d'investissement Morgan Stanley pour procéder à une "transaction" en 2010.  

 

Cette transaction pourrait correspondre soit à une introduction en bourse, soit une revente de la plate-forme. L'option de la revente ne serait pas à éloigner. Depuis le début de l'année, plusieurs rumeurs évoquent l'intérêt de grands groupes de l'Internet (parmi lesquels Google, Microsoft ou Apple) pour Twitter. Cette levée de fonds aurait dans ce cas l'intérêt de fixer un prix de revente le plus élevé possible. "Elle est le signe que Twitter est entré dans la cour des grands et vendra chèrement sa peau", estime Philippe Collombel.

Web 2.0 / Capital risque