IAC cherche un acheteur pour son moteur Ask.com


Le groupe envisage de se séparer de son moteur de recherche pour se recentrer sur la production de contenus pour diversifier ses revenus.

Interactive Corp s'incline sur le marché de la recherche. Le groupe américain a annoncé mardi 27 octobre lors de la  présentation de ses résultats, qu'il consentirait à céder son moteur de recherche Ask.com. "On nous a souvent demandé si nous étions ouverts aux opérations de consolidation dans le marché de la recherche en lige. La réponse est oui", a indiqué le PDG du groupe, Barry Diller, lors d'une conférence téléphonique, ajoutant qu'il y a "peu de chances" qu'IAC endosse le rôle de l'acquéreur sur ce marché.

Cette annonce intervient alors que le groupe vient de publier un chiffre d'affaires pour le troisième trimestre en baisse de 8,9 % à 336,6 millions de dollars. IAC dégage certes un bénéfice trimestriel de 21,3 millions de dollars (contre une perte de 15.2 million un an plus tôt), mais ce bon résultat est essetiellement dû à la revente des actifs européens de Match.com à Meetic, ainsi qu'à la cession d'actions du service de réservations de restaurants en ligne OpenTable.

Sur le marché US de la recherche, Ask.com ne représente que 2,5 % des requêtes en septembre, selon Hitwise, contre 8,9 % pour Bing, 15,6 % pour Yahoo et 70,9 % pour Google. Concurrencé par les trois leaders du secteur, Ask commence à revenir cher à IAC, notamment en coûts d'acquisition de trafic. Les profits du pôle médias et publicité, dans lequel est intégré Ask, ont chuté de 30 %, pour une baisse du chiffre d'affaires de 11 %.

La liste des acquéreurs potentiels d'Ask.com pourrait bien se limiter à un seul nom : Microsoft. L'éditeur de logiciel est en effet engagé dans une course contre Google et apparaît comme le seul acteur américain du Web à avoir besoin de se renforcer sur le marché de la recherche. Après le lancement de son nouveau moteur de recherche, Bing, au printemps dernier et la signature d'un accord technologique et publicitaire avec Yahoo, Microsoft pourrait maintenant s'intéresser à la vieille gloire de la recherche en ligne. Faute de repreneur, Barry Diller n'hésite pas à qualifier de "spéculatif" l'avenir d'Ask.

Il préfère en effet concentrer les activités d'IAC autour de la production de contenus, notamment vidéo. Cette stratégie permettrait au groupe de rendre son chiffre d'affaires moins dépendant de la seule publicité en intégrant des revenus tirés de partenariats de distribution (la chaîne MTV a par exemple racheté les droits de certains contenus du site CollegeHumor.com) ou d'abonnement premium. Selon lui, le groupe serait prêt à investir au cours des prochaines années environ 10 % de sa trésorerie actuelle, soit 1,8 milliard de dollars.

Chiffre d'affaires