Le bilan du capital risque français en 2009 Faute d'IPO, les tours de private equity augmentent

Les levées d'amorçage, utilisées pour financer la mise au point d'un produit, ont enregistré en 2009 un plus bas historique avec respectivement 30,9 et 30,3 millions d'euros investis aux premier et second semestre. Ce type de tour de table ne concerne que 7 % des investissements réalisés en 2009 par les sociétés françaises de capital risque. Un cinquième des sommes levées en 2009 concerne des premiers tours, utilisés pour financer la mise sur le marché d'un produit.

 

A l'opposé, les seconds tours et suivants (censés financer la croissance de l'entreprise) représentent près des trois quarts des financements réalisés sur l'année. Au second semestre, ils représentent même 76 % des sommes investies, un record depuis 2002. La plupart des seconds tours et suivants concernait d'ailleurs des réinvestissements, qui constituent l'une des tendances majeures du second semestre. Selon Chausson Finance, les entreprises ont préféré se rabattre en 2009 sur un tour supplémentaire de private equity, faute de pouvoir réaliser une introduction en bourse intéressante.  

Capital risque / IPO