La Cnil s'inquiète d'une "société de surveillance"

La Cnil s'inquiète d'une dérive vers une "société de surveillance". Elle affirme que les déclarations de dispositifs de vidéosurveillance ont été multipliées par 3 en un an, et les demandes d'autorisation de systèmes biométriques par 10.      
Par ailleurs, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a prononcé pour la première fois des sanctions financières contre des entreprises en 2006, indique le rapport annuel de l'organisme. Le montant total des onze amendes, de 300 à 45.000 euros, s'élève à 168.300 euros. Les sanctions concernent principalement des méthodes de démarchage commercial abusif. Deux banques ont été sanctionnées, ainsi qu'un opérateur téléphonique, un parti politique et un cabinet de conseil notamment.

Juridique / Cnil