Co-création d'internautes : succès ou échec ? La co-création, pilier du Web 2.0

Mis à la mode en 2005-2006 par le concept de Web 2.0, le "crowdsourcing", ou approvisionnement par la foule, consiste à confier aux internautes la création de contenus. A l'époque de la croyance forte dans les communautés en ligne, ces "co-créateurs" permettaient l'arrivée de nouveaux modèles sur la Toile.


Quelques années plus tard, force est de constater que la co-création n'a pas conquis le Web. Très peu de secteurs réussissent à trouver parmi les internautes des créateurs suffisamment doués. 


lafraise organise des concours de création de t-shirts vendus ensuite sur le
Lafraise organise des concours de création de t-shirts vendus ensuite sur le site. © Lafraise / Capture d'écran

Dans le BtoC, les vendeurs de t-shirts en ligne font figure de rescapés. Nés entre 2004 et 2007, les Lafraise, Look-Zippy, Rueduteeshirt et Comboutique n'ont pas disparu. Preuve que le concept fonctionne. Mais si certains ont essayé d'élargir leur gamme au-delà du t-shirt, aucun ne s'est diversifié à ce jour.


L'idée derrière le "crowdsourcing" de faire participer la "foule" - c'est-à-dire le grand public - a fait long feu. Car ces créateurs internautes sont pour la plupart d'entre eux des professionnels. Chez Lafraise, qui revendique une communauté de 1 000 créateurs, dont une vingtaine est réellement active, les designers travaillent comme graphistes indépendants, ou appartiennent à une agence et complètent ainsi leur revenus.


D'autres sites se sont lancés sur un positionnement CtoB, avec l'ambition de confier aux internautes la création de campagnes publicitaires, de logos ou d'affiches par exemple. C'est le cas d'eYeka, qui fête ses cinq ans, et de Blogbang, né en 2007. Si ces deux sociétés n'ont pas disparu, elles ont dû revoir leur positionnement.

Web 2.0