David Cameron veut surveiller WhatsApp, Snapchat et les autres

Alors que les conversations sur ces applications échappent pour l'instant à toute surveillance, le premier ministre anglais veut légiférer sur la question.

Alors qu'en France, certains politiques commencent à brandir la nécessité d'un Patriot Act hexagonal, le premier ministre du Royaume-Uni, David Cameron, vient de s'emparer de la question dans un discours prononcé le 12 janvier. Dans son viseur, les applications de messageries instantanées vers lesquelles beaucoup d'internautes se sont tournées, à la suite du scandale des écoutes massives par la NSA sur certaines des principales plateformes Internet telles que Facebook ou Twitter, courant 2014.

"Dans notre pays, allons-nous autoriser des moyens de communication que même dans les cas extrêmes, avec un mandat signé personnellement par le ministre de l'intérieur, nous ne puissions pas lire ?", s'est ainsi ému David Cameron, précisant ensuite qu'il ferait en sorte de permettre d'accéder aux correspondances de ces services, lorsque cela s'avère nécessaire, si son parti gagnait les législatives de mai prochain. Une décision qui pourrait concerner des applications telles que WhatsApp et Snapchat donc. Mais pour le moment, le parti conservateur n'est pas en ligne avec son allié, le parti Lib-Dem, sur la question...

Premier ministre / CAMERON