Le best of 2008 des levées de fonds en France Loïc Le Meur réunit une dream team de business angels pour Seesmic

Loïc Le Meur lève 6 millions de dollars pour la première levée de fonds de sa plate-forme de discussion vidéo. Il s'entoure de business angels prestigieux dont les carnets d'adresses lui seront utiles. (15/02/08)

 

Loïc Le Meur sait s'entourer. Il a réussi à rassembler pour le tour de table de Seesmic, sa start-up de discussion vidéo, Steve Case, le fondateur d'AOL ; Ron Conway, le business angel le plus actif de la Silicon Valley mais aussi un des tout premiers investisseurs de Google ; Michael Parekh, ancien associé de Goldman Sachs en charge de l'introduction de Yahoo au Nasdaq ; mais aussi le fondateur de LinkedIn, Reid Hoffman.

 

Au total, ce sont 12 business angels de renom qui ont intégré le capital de Seesmic pour un montant total de 500.000 dollars (lire l'article Seesmic, le nouveau projet de blog vidéo de Loïc Le Meur, du 30/10/07). Le fonds d'investissement Atomico de Janus Friis et Niklas Zennström, fondateurs, entre autre, de Skype, ayant investi 5,5 millions de dollars.

 

"Après mon arrivée dans la Silicon Valley, j'ai passé trois mois sans mettre les pieds à mon bureau, uniquement pour me constituer un réseau, explique Loïc Le Meur. Je ne connaissais quasiment personne ici." Grâce au capital-risqueur Jeff Clavier qui lui a servi de poisson pilote et quelques rencontres lors de conférences, notamment celle de Steve Case, Loïc Le Meur a obtenu ce qu'il recherchait : pas de l'argent, ils n'ont investi chacun que 40.000 dollars en moyenne, mais un board qui lui ouvre les portes de toute la Silicon Valley.

 

Ces fonds levés, Seesmic peut maintenant développer son audience. Le site devrait ouvrir officiellement le 31 mars prochain. D'ici là, les internautes peuvent s'inscrire en demandant une invitation. Grâce à la participation de la communauté (2.000 membres actifs à ce jour), le site sera traduit dès son ouverture en plusieurs langues, avec un objectif unique : atteindre 1 million de visiteurs uniques d'ici la fin de l'année. Pour cela, la société compte d'abord sur les partenariats et le bouche à oreille.

 

"Ici, personne ne me demande combien je vais gagner d'argent les premières années, explique-t-il. D'abord, on vous demande d'atteindre une masse critique, et si vous échouez, vous disparaissez. C'est seulement ensuite, que vous commencez à penser à votre chiffre d'affaires. LinkedIn a attendu d'avoir 5 millions d'abonnés avant de faire rentrer du chiffre d'affaires. Et aujourd'hui, ils prévoient de réaliser 80 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2008."

 

En test depuis plusieurs mois, Seesmic se positionne comme une plate-forme de discussion vidéo, utilisable depuis le Web comme le mobile. Un widget est en développement pour permettre aux sites Internet de proposer le service sur leurs pages, tel un forum où chacun s'interpelle en vidéo.

 

Si le projet n'a donc pas vocation à faire rentrer beaucoup de chiffre d'affaires dans les mois qui viennent, Loïc Le Meur a identifié deux pistes de revenu possible. D'abord la publicité vidéo contextualisée en fonction du thème de la conversation, ensuite un service payant qu'il imagine comme une sorte de blog vidéo. Une sorte de Typepad avec l'image.

Capital risque / Levée de fonds