Les réseaux sociaux sont-ils l'avenir de l'emploi en ligne ? Réseaux sociaux professionnels : une croissance de taille

Les réseaux sociaux professionnels affichent une croissance forte de leur audience. Les deux principaux, LinkedIn et Viadeo frisent les 3 millions de visiteurs uniques. Si leur positionnement d'origine se voulait plus proche des réseaux sociaux que des sites d'emploi, les recruteurs y sont de plus en plus présents. Ce qui leur a donné des idées pour monétiser leurs services.

 

Aux Etats-Unis, 89 % des recruteurs affirment avoir l'intention de recruter via les réseaux sociaux cette année, selon une étude réalisée par Jobvite auprès de 800 professionnels. Pour la société d'études de marché Lab42, 12 % des dirigeants connectés sur le réseau social professionnel LinkedIn s'en servent pour recruter.


laurence bret-stern, directrice marketing emea de linkedin
Laurence Bret-Stern, directrice marketing EMEA de LinkedIn © S.de.P LinkedIn

"En janvier 2011, LinkedIn comptait 2 millions d'utilisateurs en France, soit un taux de croissance de 70 %" indique Laurence Bret-Stern, directrice marketing EMEA de LinkedIn. Les revenus du réseau social professionnel se divisent environ à parts égales entre les solutions de recrutement, le marketing (publicité, CRM) et les abonnements premiums. "Mais la vente de solution de  recrutements domine les deux autres catégories".

 

La société a d'ailleurs ouvert des bureaux à Paris "pour se rapprocher de ses clients, tels la Société Générale, Accor ou encore L'Oréal ". Pour les recruteurs, LinkedIn propose des solutions à différents niveaux en fonction du type de structure et des étapes dans les processus de recrutement. Elles peuvent aller de 100 euros pour la diffusion simple d'une annonce, à plus de 10 000 euros pour des solutions corporate. "Dans un premier temps on propose une offre de ciblage, à travers des sondages. Puis vient ensuite une autre dédiée au positionnement des sociétés, leur permettant de créer une page carrière. Enfin vient la solution de sourcing, vendue sous forme de licence permettant l'accès à un moteur de recherche dans lequel les recruteurs peuvent rentrer une vingtaine de critères". Résultat, le chiffre d'affaires de LinkedIn a bondi de 120% au deuxième trimestre pour atteindre 121 millions de dollars.

 

Pour se positionner un peu plus sur le marché du recrutement, LinkedIn a lancé en juillet le bouton "apply with Linkedin", permettant à des personnes disposant d'un profil de postuler directement sur le site d'un annonceur. Dans le monde, le volume d'offre d'emplois sur LinkedIn a été multiplié par 10 en deux ans. "Les mentalités changent et les recruteurs trouvent de plus en plus d'intérêt à pouvoir accéder à des candidats passifs, poursuit Laurence Bret-Stern. Les modes de recrutements changent et s'inspirent du marketing. On va de plus en plus chercher à générer du lead qualifié". Les recruteurs se retrouvent ainsi face à une audience - plutôt que des candidats - et cherchent de meilleures performances de ciblage.


Un usage à relativiser

Mais recruter sur les réseaux professionnels n'est pas encore une pratique largement répandue : une étude de la Society for human resource management auprès de 500 professionnels du recrutement américains indique que seuls 18 % des répondants utilisent les réseaux sociaux pour chercher des candidats. Et moins de 25% d'entre elles s'en servent systématiquement quand il s'agit de chercher des personnes très qualifiées, notamment des dirigeants.

Réseaux sociaux / Linkedin