Les grands flops du Web 2.0 Digg a creusé sa perte en refusant les rachats

la page d'accueil de digg
La page d'accueil de Digg © Capture d'écran / Digg

Ouvert en décembre 2004, Digg est un agrégateur de contenus qui laisse les internautes décider des articles intéressants. Ce concept, basé sur l'intelligence collective au cœur du Web 2.0, attirera très vite internautes et investisseurs. En octobre 2005, la société lève 2,8 millions de dollars auprès du fonds d'investissement Greylock Partners. Dès le début 2006, des rumeurs prêtent aux fondateurs, dont Kevin Rose et Jay Adelson (Lire l'interview de Jay Adelson, du 17/10/06), l'intention de vendre leur société. Des discussions auraient eu lieu notamment avec News Corp en octobre 2006. Mais elles n'auraient pas abouti en raison du prix demandé de 150 millions de dollars.

 

Un échec qui oblige la société à se tourner à nouveau vers ses actionnaires. Car à l'instar de la plupart des stars du Web 2.0, Digg ne gagne pas d'argent. Il en perd même beaucoup, jusqu'au deux-tiers de son chiffre d'affaires en 2008, selon "Business Week". Par ailleurs ces revenus, qui proviennent uniquement de la publicité augmentent peu. Autour de 800 000 euros en 2007 et 2008, ils atteignent péniblement le million de dollars en 2009.

 

La situation n'empêche pas les acquéreurs potentiels de se manifester. Ainsi à l'été 2008, Google, qui a déjà racheté des acteurs majeurs du Web 2.0 tels que YouTube ou FeedBurner, fait part de son intérêt. Le moteur de recherche, qui a l'intention d'intégrer Digg à son Google Actualités, va jusqu'à offrir 200 millions de dollars pour le service... avant de se retirer au dernier moment pour de mystérieuses raisons.

 

Désormais, Digg limite son développement et se concentre sur la rentabilité. En août 2010, le site – dont l'audience stagne - lance une nouvelle version. C'est un échec. Les utilisateurs se plaignent de bugs et de la disparition de plusieurs fonctionnalités. Depuis, l'audience du site s'est éffondrée. 6,1 millions seulement d'internautes ont visité le site en décembre 2010, selon DoubleClick Ad Planner. 

Web 2.0