Les grands flops du Web 2.0 Myspace, ringardisé par Facebook

la page d'accueil de myspace
La page d'accueil de Myspace © Capture d'écran / MySpace

Avant Facebook, il était  le réseau social à la mode. Réputé un temps pour être la plate-forme sociale de référence des musiciens, MySpace n'a pas su résister à la déferlante du réseau social de Mark Zuckerberg. Malgré ses 122 millions d'utilisateurs à travers le monde, MySpace n'a pas réussi à résister au bulldozer Facebook et de ses 500 millions de profils.  

 

Fondé par Tom Anderson et Chris DeWolfe en août 2003, MySpace connaît une croissance internationale, portée par sa facilité d'utilisation et surtout par son offre gratuite. Il est racheté en 2005 par le groupe média News Corp pour 580 millions de dollars. Un an plus tard, il devient la plate-forme sociale la plus populaire aux Etats-Unis. Google n'hésite d'ailleurs pas à s'engager à lui verser 900 millions de dollars de revenus publicitaires sur trois ans pour en devenir la régie. 

 

A l'époque le positionnement musical de MySpace lui accorde les faveurs de nombreux artistes mondialement connus, qui créent leur page sur la plate-forme et contribuent à attirer de nouveaux membres, en dehors de la sphère artistique. Mais la croissance explosive de Facebook va porter un coup d'arrêt à celle de la filiale de News Corp. Au cours des trois dernières années MySpace a perdu plus de 60 millions de membres alors que ceux de Facebook n'ont cessé de croître. Quand Facebook a remplacé MySpace en tant que réseau social à la mode, beaucoup de stars ont progressivement quitté le navire. Entraînant à leur tour une baisse de la fréquentation. 

 

Malgré plusieurs tentatives de repositionnement, réorganisations du management du site et vagues de suppression d'effectifs, News Corp a finalement décidé de se séparer de son réseau social. Fin 2010, le directeur général de News Corp Chase Carey a reconnu étudier plusieurs options, dont une vente. Valorisé près de 5 milliards de dollars à son apogée en 2007, selon le Wall Street Journal, MySpace pourrait valoir aujourd'hui entre une et deux fois son chiffre d'affaires (au cours de l'année fiscale 2009, MySpace aurait dégagé un chiffre d'affaires de 500 à 600 millions de dollars), voire moins, si la plate-forme ne parvient pas à réduire ses coûts. Pour l'instant, aucun acquéreur potentiel ne s'est manifesté.

Web 2.0 / MySpace