Au tribunal, Google se défend de voler les éditeurs

Pour Google, numériser des livres dont les droits ne lui appartiennent pas n'est pas de la contrefaçon. Selon le conseiller juridique du groupe, qui a plaidé sa cause devant le tribunal, hier, suite à une plainte des éditions La Martinière (lire l'article : Ouverture du procès entre Google et les éditions La Martinière, du 24/09/09) "le seul objectif c'est d'encourager et promouvoir la diffusion des livres sur internet". Pour La Martinière, qui lui réclame 15 millions d'euros de dommages et intérêts, il s'agit "d'un procédé illégal, dangereux, dommageable et irréversible". Le jugement doit être rendu d'ici le 18 décembre.

Google