Christoph Keese : "La commission européenne ne doit pas accepter l'accord négocié par la commission Almunia"

Donnez votre avis - "L'objet de notre plainte est de pointer auprès de la Commission européenne que Google abuse de sa position dominante pour mettre en valeur ses propres produits et faire du tort à ses concurrents. Chose qui est tout à fait illégale de notre point de vue", explique le vice-président de l'éditeur allemand Axel Springer. " "En Allemagne, Google représente une part de marché de plus de 95% des recherches et draine à ce titre une partie important du trafic Internet. Le souci, c'est qu'il utilise cet avantage pour mettre en avant sa plateforme vidéo, par exemple. Ce qui décourage ses concurrents et les investisseurs, contribuant à une atonie du marché. (...) La Commission européenne ne doit certainement pas accepter l'accord négocié par le vice-président de la Commission, Joaquin Almunia. Un accord qui ne règle rien et au contraire, ne fait qu'aggraver la situation."
© JDN