Yahoo tire son épingle du jeu de son accord avec Microsoft


Un document officiel donne des précisions sur l'accord signé la semaine dernière entre Yahoo et Microsoft. Un partenariat plus équilibré que ce que pensaient beaucoup d'analystes.

Yahoo ne serait finalement pas le grand perdant de l'accord signé la semaine dernière avec Microsoft (Lire le dossier Yahoo et Microsoft s'unissent contre Google, du 30/07/09), selon un document transmis à la SEC, le gendarme américains des marchés financiers. Certains analystes et investisseurs reprochaient à Yahoo d'avoir signé un simple partage de revenus au lieu d'un paiement initial important, poussant le PDG de Yahoo Carol Bartz à défendre l'accord (Lire l'article Carol Bartz : 'Nous n'avons par éviscéré Yahoo', du 30/08/09). Mais en réalité, Yahoo a obtenu de Microsoft le versement annuel de 50 millions de dollars (35 millions d'euros) pendant trois ans pour couvrir des "coûts de transition".

Autre élément nouveau révélé par ce document, la part négociée par Yahoo du revenu des liens sponsorisés générés sur ses sites va évoluer. Après cinq ans, Microsoft peut demander à revenir sur l'exclusivité de Yahoo de vendre les liens sponsorisés. Si le portail accepte, il ne touchera plus 88 % des revenus mais 93 %, et s'il refuse, sa part descendra à 83 %. Et si au bout de cinq ans Microsoft ne remet pas en question l'exclusivité de Yahoo, la part du portail passera à 90 %.

En outre, des dispositions permettent à la société de Carol Bartz de mettre fin à l'accord, par exemple si les revenus générés par mots-clés par Yahoo - ou par Microsoft et Yahoo combinés - n'atteignent pas un certain pourcentage de ceux de Google. Des options donnent également à Yahoo la possibilité d'élargir le partenariat. La société peut ainsi choisir d'utiliser les services cartographiques ou de recherche sur mobile de Microsoft.

C'est en revanche à Microsoft de convaincre les autorités que cet accord respecte la législation anti-trust. Une décision n'est pas attendue avant le début 2010, mais les deux parties se donnent jusqu'au 27 octobre prochain pour signer un accord définitif. A ce moment-là, 400 salariés de Yahoo au moins seront embauchés par son nouveau partenaire.

Microsoft / Yahoo