Dossier L'actualité du Web qu'il ne fallait pas manquer cet été

L'économie numérique a tourné à plein cet été, nous réservant son lot d'annonces et de lancements. Mais commençons plutôt par les deux grands feuilletons de l'été...

Iliad sur les rangs pour racheter T-Mobile US. Xavier Niel nous a offert le premier des feuilletons franco-américains de cet été 2014. Le 31 juillet, Iliad confirme son intérêt pour prendre une participation majoritaire de T-Mobile US dont la presse s'était déjà fait l'écho. Le Français a proposé 15 milliards de dollars en numéraire pour 56,6% du capital de l'Américain, dont Deutsche Telekom détient actuellement 67%. Le 5 août, Sprint, opérateur US filiale du japonais Softbank, retire une offre supérieure, jugeant qu'il n'obtiendra pas le feu vert des autorités de régulation. Le 6 août, le groupe américain de diffusion par satellite Dish Network se déclare intéressé par T-Mobile US. Le 13 août, le directeur financier de T-Mobile US, Braxton Carter, déclare "très flatteur" que "des entrepreneurs très impressionnants" tels que Xavier Niel s'intéressent à sa société. Mais fait comprendre qu'il attend une meilleure offre pour se laisser convaincre. Côté Deutsche Telekom, qui cherche depuis longtemps à se défaire de sa branche américaine, on venait de déclarer qu'en l'absence d'une "offre satisfaisante", la vente serait repoussée. La balle est dans le camp d'Iliad. Le 21 août enfin, le "New York Post" révèle que le Français serait en train de négocier un partenariat financier avec Microsoft et Google, qui mettrait à contribution les deux géants du Net. Une information non confirmée par les trois intéressés, mais qui concorde d'une part avec les propos de Xavier Niel - qui, le 3 août dans le "Wall Street Journal", se déclarait "ouvert à des alliances" - et d'autre part avec l'intérêt manifesté ces dernières années par Microsoft et Google pour le réseau mobile. Le prochain épisode de cette saga riche en rebondissements potentiels ne saurait tarder.

La querelle s'envenime entre Amazon et Hachette. Le second feuilleton de l'été a en réalité débuté il y a plusieurs mois, à l'occasion de la renégociation annuelle de l'accord commercial entre Hachette et Amazon qui, pour faire pression sur le groupe d'édition, allongeait les délais de livraison et suspendait les précommandes. Le bras de fer des deux acteurs a encore gagné en intensité cet été. Notamment le 10 août quand 900 écrivains américains (dont Stephen King ou John Grisham) ont pris position dans le New York Times contre Amazon. Puis le 12 août lorsqu'Aurélie Filippetti, ministre française de la Culture, a accusé l'e-marchand de "pratiques inqualifiables". En Allemagne, ce sont 1 200 auteurs qui ont signé une pétition pour soutenir le groupe d'édition scandinave Bonnier face à Amazon.

Autour du même sujet