Les 5 grandes tendances e-business de l'année Les réseaux sociaux dépassés par les applis de messagerie instantanée ?

WhatsApp, Snapchat, WeChat, Line, Viber... L'engouement autour des applications de messagerie instantanée n'est pas près de s'éteindre. Au contraire. Elles risquent bien de ringardiser des plateformes sociales mastodontes telles que Facebook ou Twitter. Il suffit pour s'en convaincre de regarder l'évolution des audiences des quatre plus gros services de messagerie instantanée (WhatsApp, Snapchat, Line et WeChat) qui devrait, selon BI Inteliggence, dépasser celle de Facebook, Twitter, Instagram et LinkedIn dans le courant du premier trimestre 2015. 

le top 4 des applis de messagerie instantanée rattrape le top 4 des réseaux
Le top 4 des applis de messagerie instantanée rattrape le top 4 des réseaux sociaux. © BI Intelligence

WhatsApp, pour lequel Facebook a déboursé près de 22 milliards de dollars en février dernier, devrait à lui seul représenter près de 650 millions d'utilisateurs uniques mensuels d'ici la fin de l'année, pour une croissance annuelle de 57%, qui le placera loin devant Instagram et Twitter, qui plafonnent à 300 millions d'utilisateurs. La raison d'un tel succès ? L'engouement des mobinautes pour les plateformes de communication. Sur les 58 minutes que les Américains passent en moyenne chaque jour sur leur smartphone, selon Experian, 55% d'entre elles sont utilisées pour parler et envoyer des messages. A peine, 15% pour aller sur les réseaux sociaux.

Bientôt des plateformes multi-services ?

Initialement configurées sur le principe du "une application, un usage" qui fait aujourd'hui foi dans le marché du mobile, ces applications pourraient toutefois bien être tentées de se transformer en plateformes multi-services, à l'image de ce que fait déjà le chinois WeChat, qui permet à ses utilisateurs de payer tous types de produits tels que des places de cinéma, une nuit dans un hôtel ou une course en taxi tout en restant au sein même de l'application. Un moyen de capter toujours plus son audience et de mieux la monétiser. Pas un mince enjeu pour un WhatsApp qui gagne à peine 1 dollar par utilisateur par an (le prix de l'abonnement) et aurait donc tout intérêt à s'appuyer sur l'expertise de Facebook dans cette perspective. Mais également un grand-écart délicat. A trop vouloir se diversifier, ces applications risquent de perdre beaucoup de ce qui a fait leur succès : leur simplicité d'usage.

Facebook / Réseaux sociaux