TF1, Canal+ et M6 tremblent de l'arrivée prochaine de Netflix et Google TV

Les patrons des trois groupes TV ont écrit à la ministre de la Culture pour lui demander de libéraliser l'audiovisuel français, afin de les mettre à armes égales avec leurs futurs concurrents.

Les dirigeants de TF1, Canal+ et M6 ont adressé une lettre à la ministre de la Culture Aurélie Filippetti le 11 février, pour s'alarmer de la concurrence croissante que les géants américains du Web vont venir porter sur leur pré-carré télévisuel. "Ce n'est pas une crise économique que traversent TF1, Canal+ et M6, mais une mutation industrielle acélérée [...] menaçant à terme leur pérénité", déplorent Nonce Paolini, Bertrand Méheut et Nicolas de Tavernost. Les trois hommes demandent en conséquence à rencontrer la ministre pour lui soumettre des "propositions d'urgence" visant à réformer l'audiovisuel en France.

Dans leur lettre, que s'est procurée le blog Immédias de L'Express, ils indiquent que ces groupes, "tels que Google, Apple, Netflix, Amazon et Facebook", tirent leur puissance d'un modèle économique mondial qui s'appuie "sur des cadres législatifs et réglementaires plus souples" qu'en France, "tout en pratiquant une optimisation fiscale exorbitante". Ils regrettent que la politique menée en France "depuis plus de 20 ans" conduise au nom du pluralisme à une multiplication du nombre d'acteurs sur un marché stagnant et maintienne "une réglementation datée des années 1980". Les trois patrons demandent que soient remises en question l'ensemble des taxes sectorielles et révisées les règles qui privent de publicité certains secteurs. Ils se défient enfin d'une réforme de la chronologie des médias, qui pour eux "demeure la garantie de financement du cinéma français".

Google / M6