Les Google Cars autorisées à rouler sur la voie publique dès cet été

Google commencera à tester sa Google Car, petite citadine à deux places, sur les routes de Mountain View, près de son siège.

Le programme de voitures sans chauffeur de Google prend un nouveau tournant. Le géant a annoncé qu'il allait commencer à tester ses propres véhicules autonomes sur les routes publiques de Mountain View, près de San Francisco, dès cet été. Les voitures seront limitées à 40 km/h et seront toutes dotées d'un chauffeur pour prendre le relai en cas de danger.

L'annonce intervient une semaine après que Google a dévoilé que seuls onze accidents mineurs ont été recensés depuis le début des tests de sa voiture autonome, il y a six ans. Jusque-là, les prototypes testés étaient des modèles déjà existants mais adaptés pour devenir autonome. Les vingt véhicules Toyota et Lexus ont parcouru 2,7 millions de kilomètres sur des axes routiers isolés. Tous ces accidents ont par ailleurs été causés par des chauffeurs humains dans d'autres véhicules, pas par la voiture de Google, a assuré Chris Urmson, directeur du projet. 

Désormais, c'est donc la Google Car, dévoilée il y a un an et qui roule depuis sur les routes privées de Google, qui va commencer à arpenter les voies publiques de l'Etat de Californie. Le véhicule est une petite citadine à deux places, tout de même dotée d'un volant et de pédales pour le conducteur de secours. La Google Car est électrique et dispose d'une autonomie de 130 kilomètres.

25 Google Cars vont d'abord être mises en circulation près du siège de Google. Les tests seront ensuite étendus géographiquement et davantage de voitures seront déployés. A terme, les Google Cars ne possèderont même plus de volant ou pédales de secours.

Google / Voiture autonome