Les marques parlent aux lecteurs du JDN - en savoir plus ?

La mer, un véritable eldorado énergétique

edf pulse la mer véritable eldorado énergétique Longtemps délaissée, la mer constitue pourtant une ressource inépuisable d'énergie. Marémotrice, osmotique, thermique, houlomotrice ou énergie hydraulique... la plupart de ces énergies marines ont l'avantage d'être constantes contrairement à d'autres énergies vertes.

En France, l'utilisation des énergies marines se limitait il y encore peu à la seule usine marémotrice de la Rance. Mais pourtant la mer est capable de bien plus. Prenez l'éolien off-shore, ces parcs situés en mer sur des plateformes ancrées ou flottantes. Au large, les éoliennes sont exposées plus régulièrement et plus fortement aux vents. La France posséderait le deuxième potentiel le plus élevé du continent européen. Quatre grands parcs éoliens pour la production d'énergie éolienne sont donc en construction au large des côtes françaises, ce qui devrait permettre à l'Hexagone d'afficher une capacité installée d'environ 1 930 Mw. Si les éoliennes changent les courants d'air en courant électrique, suivant la même logique, les hydroliennes transforment les courants marins en fée électricité. Entre Paimpol et Bréhat, en Bretagne, un parc inédit de quatre hydroliennes est en construction. Avec un avantage de taille pour cette énergie verte, elle est constante. 

Moins aboutie, l'énergie houlomotrice, produite par le mouvement des vagues, promet, elle aussi, de réjouissantes perspectives. Il s'agit là d'immerger des bouées qui se déplacent au gré des vagues et créent une pression hydraulique convertie en puissance électrique par une centrale à terre. Cette année l'Australie a relié pour la première fois au monde une centrale houlomotrice à son réseau électrique. De quoi alimenter l'équivalent de 2.000 foyers en électricité verte.


La mer est un eldorado énergétique

D'autres sources tout aussi prometteuses sont en cours d'expérimentation. A l'instar de l'énergie osmotique. Quèsaco ? Lorsqu'un fleuve se jette dans la mer, une grande quantité d'énergie est libérée en raison de la différence de concentration en sel. La Norvège et les Pays-Bas ont ainsi imaginé des centrales où eau douce et eau salée se rencontrent. Là encore, cette énergie verte dispose d'une vertu de premier ordre : la constance. Et comme toute énergie est bonne à prendre, des idées fleurissent partout pour exploiter le potentiel énergétique de la mer. Ainsi, en Martinique, Nemo (New Energy for Martinique and Overseas) ira bientôt puiser la fraîcheur des eaux profondes pour produire de l'électricité, grâce au procédé de l'échangeur de chaleur. En Bretagne, les ingénieurs planchent toujours sur le fabuleux potentiel de la biomasse marine, la méthanisation des algues. Définitivement, la mer est un eldorado énergétique.

Lire aussi :

Vers des objets connectés autonomes en énergie


EDF Pulse ON AIR / SMO