Teo Julien Sénéor (Sephora) "Nous avons touché un Snapchatteur français sur deux avec nos filtres"

Le responsable communication France et social media Eme du retailer beauté dévoile sa recette d'une stratégie sociale réussie.

JDN. Vous participez le 7 juin prochain à une table ronde sur les stratégies sociales des marques de beauté pour capter la nouvelle génération, lors de la conférence "e-Beauté" organisée par le JDN. Quelle est la règle numéro un pour atteindre cet objectif ?

Teo Julien Sénéor (Sephora). Innover ! Tout l'ADN de Sephora réside dans l'innovation. Qu'il s'agisse de renouveler l'expérience utilisateur en magasin ou de proposer des produits innovants de notre marque propre comme les masques tissus. La communication du groupe n'échappe pas à cette règle. C'est particulièrement vrai sur les réseaux sociaux où nous essayons toujours de tester les derniers formats. Nous avons aujourd'hui plus de 15,6 millions de fans sur Facebook dans le monde. En France, nous approchons du million sur Instagram.

Comment se concrétise cette volonté d'innover sur les plateformes sociales ?

Nous voulons toujours faire partie des premières marques à tester les derniers formats. Nous avons été la première marque à tester la publicité sur Instagram en France en collaboration avec la marque Urban Decay. Nous avons aussi été parmi les premiers à faire de la publicité sur Snapchat Discover. Et toujours avec une approche spécifique. Ce que l'on fait sur Snapchat est très différent de ce que l'on propose sur Instagram ou Facebook, où il faut être plus consensuel sans pour autant être ennuyeux…

Autre exemple : nous avons travaillé pour son lancement en France avec la marque Kat Von D sur trois looks make-up qu'elle avait réalisé pour un shooting avec Grazia. Nous les avons transposés dans le format "lenses", ces filtres animés sur Snapchat qui permettent de mettre un visuel en surimpression de son visage… Ça a été un énorme succès avec un Snapchatteur sur deux touché en France.

Avec près de 27 secondes en moyenne, le temps passé sur nos lenses a été deux fois supérieur à la moyenne de l'époque. Tout simplement parce que l'on proposait à des utilisateurs férus d'interactivité de jouer de manière ludique avec une marque. Nous avons également été la première marque française à avoir testé les filtres géolocalisés de Snapchat. Si la photo ou la vidéo prise par l'utilisateur au sein d'un magasin Sephora est géolocalisée, on lui propose d'y associer un filtre brandé Sephora.

Quel rôle ont les influenceurs dans tout cela ?

Les influenceurs jouent un rôle prépondérant sur les réseaux sociaux. Les plus connus d'entre eux peuvent devenir prescripteurs s'il y a une affinité produit. Nous travaillons en étroite collaboration avec eux et n'hésitons pas à leur proposer d'animer eux-mêmes notre compte Instagram. Nous l'avons fait avec des influenceuses mondialement connues comme Anastasia Beverly Hills ou Huda Beauty lorsqu'elles ont lancé leur marque en France. C'est du win-win : une exposition supplémentaires pour elles et du contenu exclusif pour nous.  

Il y a également ceux que l'on considère comme "en devenir" Ces derniers constituent une part importante de l'audience de Youtube. Nous collaborons par exemple étroitement avec l'artiste maquilleur Richard 2609 que nous avons repéré et fait grandir. Il est aujourd'hui un influenceur dont la renommée dépasse largement l'univers Sephora, avec des fans aux quatre coins de la France. Il propose des tutoriels sur nos comptes Snapchat et Instagram pour y présenter des techniques de maquillage. Ou encore des contenus Youtube friendly.

Un dernier conseil ?

Même une marque  comme le nôtre avec un fort tropisme digital ne peut négliger les médias plus traditionnels comme la télévision et la presse. C'est essentiel pour toucher une clientèle plus "mainstream", plus large que les "beauty addicts" que l'on rencontre avant tout sur les réseaux sociaux.

"e-Beauté", le JDN Event dédié à la beauté digitale

Cette conférence organisée par le JDN et l'institut CCM Benchmark se déroulera le 7 juin prochain dans l'enceinte du Pavillon Presbourg, du côté de l'Arc de Triomphe dans le 16e arrondissement de Paris.  Plusieurs entreprises du monde de la beauté viendront présenter leur stratégie digitale dans le cadre d'une série de tables rondes et de keynotes.

Innovation / Facebook