Baromètre de l'engagement des fans sur Facebook Quels sont les secteurs qui ont le meilleur taux d'engagement sur Facebook ?

A l'occasion du Mondial de l'automobile, l'effervescence autour de l'univers du quatre-roues s'est intensifiée à Paris où se tenait le salon, à la télévision où les sujets se sont multipliés et... sur Facebook, où les marques ont obéi à l'adage : "à évènement exceptionnel, dispositif exceptionnel". Surfant sur la popularité de ce rassemblement, les marques automobiles françaises n'ont pas ménagé leurs efforts pour inonder leur communauté de fans en contenus de qualité.

"Les innovations produits et l'exhibition des derniers concept-cars sont autant d'opportunités pour les marques de créer de l'engagement et de la fidélité", illustre Antoine Ripoche, directeur associé et co-fondateur de Graph Insider, plateforme spécialisée dans le marketing social. Et de fait, avec un taux d'engagement de 5,9%, les constructeurs ont particulièrement bien réussi à activer leurs bases de fans. En complément, chaque utilisateur engagé a interagit en moyenne 2,3 fois avec la marque au cours du mois.


L'engagement en France secteur par secteur
MarqueFans totaux (en millions)Nouveaux fans (en millions)Taux d'engagementRépétition
Source : Graph Insider
Automobile3,110,095,9%2,3
Edition & Media14,932,625,1%3
Services Web3,310,144,5%2,4
Facebook 18923,903%2,6
Distribution & E-commerce3,950,402,7%1,9
Culture & Loisirs9,150,382,6%1,8
Agro-alimentaire21,250,592,3%1,8
Telecom6,960,602,1%1,8
Textile5,110,712%1,9
Finance & Assurance0,860,021,7%1,4
Santé & Beauté12,991,211,6%2,1
Luxe32,11,861,4%1,7

En deuxième position, on retrouve le secteur "Edition et Media" avec un taux d'engagement de 5,1%. "Principalement porté par les sites diffusant de l'information en continu, presse traditionnelle ou pure-players, c'est sûrement le secteur le plus dynamique de Facebook", note Antoine Ripoche. Une profusion de publications qui témoigne de la volonté de ces médias de transformer leur page en véritable canal d'informations en temps réel. "Cette stratégie explique l'apport de plus en plus important du réseau social en matière de génération de trafic", poursuit Antoine Ripoche.


Parmi les principaux mauvais élèves, on retrouve le secteur du luxe qui, s'il est un des premiers à avoir préempté Facebook et recruté des volumétries importantes de fans, se caractérise par un taux d'engagement relativement faible. "En cause, le positionnement 'inaccessible' des marques qui ne souhaitent pas engager de dialogue avec leurs fans", analyse Antoine Ripoche. Ceux-ci se contentent donc de suivre les actualités d'une marque qui les fait "rêver".

 

Autour du même sujet