Exclusif : le spécialiste des native ads, Videostep, devient Beevibes

La start-up a voulu se départir d'un nom qui ne collait plus avec son nouveau positionnement. De la vidéo, mais pas que.

L'un des spécialistes français des native ads, VideoStep a décidé de changer de nom pour devenir Beevibes. La start-up, qui propose aux marques de placer leurs contenus (vidéos, photos, textes et autres) au sein des zones de contenus de la galaxie de sites éditoriaux qui font partie de son réseau (30 millions de visiteurs uniques selon Beevibes), a voulu se départir d'un nom qui ne collait plus avec son nouveau positionnement.

L'objectif initial, focalisé sur la publicité vidéo, a depuis été étendu à d'autres formats (images, textes...) comme nous l'explique Nicolas Pollet, son cofondateur. "Certains annonceurs apprécient VideoStep pour son algorithme de ciblage sémantique et son réseau premium sans pour autant disposer de vidéo. C'est aujourd'hui presque 40% de notre chiffre d'affaires." Nicolas Pollet déplorait également une confusion fréquente chez les annonceurs et les agences qui pensaient que son activité se limitait au pré-roll, présence du mot "vidéo" oblige". 

Créé en mai 2011, Beevibes, qui rémunère les éditeurs au CPM et facture l'annonceur au clic, a d'abord construit son succès sur cet algorithme sémantique qui lui permet de décider en temps réel d'afficher ou non la recommandation d'un contenu de marque. Un dispositif qui se déploie en RTB, avec un prix au clic qui va dépendre du taux de clic de la campagne et de son niveau de performance vis à vis des autres campagnes qui tournent sur la plateforme.

A l'instar des Adyoulike et Adikteev, la start-up s'inscrit dans une logique de native advertising qui conjugue technologie et formats innovants. "Nos formats sont 20 fois plus performants que le display traditionnel dans la mesure où c'est l'internaute qui choisit de cliquer, la publicité ne lui est pas imposée", explique Nicolas Pollet. Lorsqu'il clique sur le contenu, l'utilisateur fait apparaître une box qui contient le contenu qui l'intéresse ainsi que d'autres contenus, éditos ou publicitaires, selon les envies de l'éditeur partenaire". Un modèle que Beevibes circonscrit pour l'instant à l'Hexagone. "Aujourd'hui, nous sommes en croissance constante chez nos partenaires. Lorsque nous aurons stabilisé l'activité française, nous nous attaquerons aux marchés étrangers".

Visiteur unique / Coût pour mille