Anthony Ravau (My Media) "Nous levons 20 millions d'euros pour reprendre le contrôle de 100% de la société"

Les fondateurs du groupe média se sont associés à Euromezzanine pour racheter au fonds Dzeta Conseil les 51% qu'il détenait. Et ils espèrent bien aller chercher encore plus de croissance.

JDN. Vous annoncez reprendre à Dzeta Conseil les 51% qu'il détenait du groupe, ce qui permet aux managers de My Media de récupérer le contrôle intégral de la société. Pourquoi cette prise d'indépendance ?

Anthony Ravau, co-fondateur de My Media © My Media

Anthony Ravau, My Media. C'est d'abord une question d'opportunité. Le groupe a enregistré une croissance de sa marge brute de 42% depuis l'entrée au capital du fonds d'investissement Dzeta Conseil. Une croissance qui lui permet d'atteindre une valorisation de 50 millions d'euros dans un délai plus court que prévu. Dzeta Conseil avait un prix de réserve qui a été atteint.

L'objectif était alors de tout faire pour leur racheter leur participation, en trouvant un partenaire financier qui croit autant que nous dans notre potentiel et qui puisse nous donner les moyens d'une croissance externe. C'est exactement le profil offert par Euromezzanine à l'origine du financement de la dette obligataire de 20 millions d'euros qui nous a permis de reprendre le contrôle intégral de la société.

 

Pourquoi opter pour le MBO plutôt qu'un rachat par un grand groupe dans un contexte de concentration des médias ?

On ne voulait vraiment pas d'un partenaire industriel. Il a toujours été question de trouver un partenaire financier à même de nous donner les coudées franches côté investissement. Je pense que nous allons plus vite en restant indépendant. La performance de notre modèle en fait d'ailleurs une des plus grosses créations de valeur du marché de l'achat média de ces 10 dernières années. Nous restons motivés par les perspectives de croissance qui s'offrent à nous et n'arrêterons que le jour où nous en aurons assez.

 

Votre positionnement multi-compétences (achat média, créa pub, inbound marketing...) est atypique pour un indépendant. Qu'est-ce qui vous rend si sûr de la pertinence de votre modèle ?

Nous avons en face de nous des acteurs mondiaux, très gros et le plus souvent enlisés dans des problématiques de reporting, structurés pour répondre à des clients internationaux et moins souples en ce qui concerne les annonceurs franco-français.

Nous avons donc une véritable carte à jouer au moment de répondre aux besoins de ces derniers en leur proposant des activités connexes à notre cœur de métier, l'achat média. Que ce soit l'agence de publicité Eggs ou Search Foresight, toutes nos agences sont de fait orientées performance avec des campagnes dont nous sommes à mêmes de mesurer les effets. J'ajouterais, et j'y attache une importance particulière, que nous valorisons la seniorité des compétences. Ainsi les fondateurs de Search Foresight et GéoVista sont-ils entrés à l'actionnariat de My Media à l'occasion de cette opération.  

 

Où en êtes-vous sur la question du programmatique ? Préférez-vous toujours déléguer aux trading desk pure-players ?

Absolument, nous nous faisons un devoir de rester agnostique sur le sujet. Je pense qu'il est important que l'agence média reste objective sur le sujet afin de préserver la dimension conseil de son métier. C'est le seul moyen de rester souple et d'aller vers la technologie la plus appropriée à chaque cas particulier. Créer un trading desk ou nouer un partenariat d'exclusivité avec un trading desk, c'est le meilleur moyen d'aller à l'encontre de ça. Notre valeur ajoutée réside dans le conseil et l'arbitrage.

 

 

My Media est un groupe indépendant du conseil et de l’achat d’espaces en France, fondé par trois anciens annonceurs, Anthony Ravau, David Ringrave et Benjamin Seguillon. L’agence gère l’achat d’espace off line et on line de plus de 100 annonceurs parmi lesquels Systeme U, Castorama, Burger King, Century 21, Pizza Hut, Zalando, TripAdvisor, eDarling, Groupon, Sixt…

My Media a développé une expertise sur le Direct Response TV, les leviers digitaux, la création publicitaire "drive to web" ou encore le conseil en référencement naturel et stratégie SEO. My Media compte 80 collaborateurs et génère en 2015 un volume d’affaire de plus d'1 milliard d’euros (investissements bruts).

Media / Levée de fonds