Liens sponsorisés : un marché français en pleine mutation Un nouveau format de liens sponsorisés pour le mobile

La pénétration de l'iPhone génère un transfert progressif de l'Internet fixe vers le mobile. Le financement de l'Internet mobile va donc passer par la publicité en ligne, et notamment les liens sponsorisés, car tous les contenus ne sont pas vendables à un euro ou 70 centimes l'application, explique Jean-Sébastien Hongre chez Isobar. Une difficulté plus ergonomique que technique.

 

En effet l'usage de l'Internet mobile diffère de celui de l'Internet fixe. "Tout d'abord le mobinaute est plus concentré et plus engagé que l'internaute car son écran est beaucoup plus petit et le contexte de consommation est différent", analyse Yann Gabay chez Performics. La capacité et l'intention d'achat direct diffèrent d'un écran à l'autre et il faut adapter le message suivant la typologie de produits.

 

A terme, "ce ne seront donc pas les mêmes annonceurs et les mêmes produits promus via le search sur mobile, renchérit Raphaël Zier chez Netbooster. Avec la géolocalisation tout d'abord, on trouvera beaucoup d'annonceurs locaux, dans le domaine de la restauration par exemple. Par contre je vois difficilement un annonceur faire la promotion de ses voitures ou de ses écrans LCD de la même manière sur l'Internet fixe et l'Internet mobile." Certains produits ne se vendent pas en situation de mobilité comme dans la rue. Mais les liens sponsorisés peuvent aussi générer beaucoup de trafic.

 

Publicis / Marché publicitaire