Les dernières tendances en matière de RTB Acheter de l'inventaire video en RTB

L'ad-exchange de Google est, en France, l'un des rares à pouvoir proposer des formats pre-roll et instream en RTB sur de la vidéo grâce au catalogue impressionnant de Youtube. Une explication à cela, l'engouement des annonceurs pour un format très engageant et valorisant en termes de branding. Une très forte demande qui ne justifie donc pas le recours à l'automatisation.

Basculant sur la technologie de vente des espaces de manière dynamique, la régie publicitaire vidéo, Sticky Ads TV, s'apprête pourtant à lancer sa propre place de marché privée avec la volonté de concilier premium, vidéo et RTB. Dès le 20 novembre seront ainsi disponibles les inventaires vidéos de Prisma Média, Doctissimo, NRJ12, MTV, Première et Gulli. Soit près de 30 millions de vidéos par moi selon Sticky Ads TV. "Et nous ouvrirons notre ad-exchange vidéo aux éditeurs qui remplissent notre cahier des charges", prévient Hervé Brunet, PDG et co-fondateur de StickyADStv. Les éditeurs sélectionnés bénéficieront alors des services proposés par les places de marché privées tel la possibilité de nouer une relation spécifique avec un partenaire privilégié, d'accorder une exclusivité ou au contraire de blacklister une catégorie d'annonceur. Bien évidemment, chacun sera libre de fixer des prix planchers en fonction de sa stratégie de pricing.

Proposer du coût par vue

L'enjeu est de taille pour Sticky Ads TV, qui peut s'appuyer sur une technologie propriétaire développée suite à une levée de fonds d'1,25 millions d'euros, réalisée en septembre 2011 auprès d'ISAI. Avec une demande croissante pour du préroll et de l'instream, les éditeurs multiplient en effet les initiatives pour enrichir leurs contenus de vidéos sur lesquelles ils savent qu'ils n'auront aucun mal à placer de la publicité.

Un marché sur lequel l'importance du catalogue est un avantage concurrentiel

D'où l'importance pour Sticky Ads TV de préempter un marché sur lequel l'importance du catalogue est un avantage concurrentiel significatif. "Le format vidéo a beaucoup de spécificités que les acteurs du display ne maîtrisent pas, justifie Hervé Brunet. Je pense notamment à l'achat au coût par vue et au pilotage des formats, qui sont beaucoup plus variés que sur le display. " La régie vidéo va, à ce titre, proposer un format, le Sticky View, permettant à l'annonceur de ne payer que si l'internaute a visionné intégralement sa publicité.

Ad-exchange / RTB