Bonnes feuilles : "La deuxième vie des réseaux" L'impératif du très haut débit fixe et mobile

"En ce début de la deuxième vie des réseaux, si l'on veut que les opportunités d'usages soient réellement généralisées, sans reproduire de "fracture numérique" générationnelle ni géographique, nos réseaux physiques d'accès fixes doivent impérativement accroître leurs capacités en remplaçant les "vieilles paires de cuivre" par de la fibre optique jusqu'à l'utilisateur. (...)

 

"Avec la fibre optique, l'utilisateur est au coeur du réseau"

Non seulement la fibre optique décuple les débits actuels, en passant à des vitesses de l'ordre de 100 mégabits par seconde, mais elle permet également de disposer d'une vitesse d'émission identique à la vitesse de réception. Cette "symétrisation" des débits est essentielle puisqu'elle constitue la matérialisation technologique de la propriété centrale de la deuxième vie des réseaux : l'utilisateur est désormais au nœud du réseau, et non plus simplement le réceptacle passif des informations qu'il a requises. (...)

 

Dans le domaine des mobiles, les usages de la deuxième vie des réseaux nécessitent également des augmentations sensibles des capacités. Certes, les réseaux mobiles 3G ("de troisième génération", technologie UMTS37 en Europe) et même 3G+ (protocole HSDPA38 notamment, également qualifié de 3,5G), continuent d'être déployés et de plus en plus largement utilisés, notamment par les professionnels. Pour autant, le besoin pour de nouvelles générations de réseaux mobiles se fait déjà sentir avec le développement de l'Internet mobile, la vidéo sur mobile et les réseaux sociaux sur mobile.

 

"Le besoin pour de nouvelles générations de réseaux mobiles se fait déjà sentir"

Les réseaux 3G permettent un débit effectif de quelques centaines de kilobits par seconde et les réseaux 3G+ délivrent une vitesse de transmission effective de quelques mégabits par seconde, ce qui est déjà considérable. Les nouvelles technologies de la génération 4G (notamment une évolution de la technologie WiMAX39 et une évolution des technologies HSDPA/HSUPA dans le cadre du projet LTE, Long Term Evolution réunissant de nombreux équipementiers et opérateurs), encore en chantier début 2008, devraient permettre des débits de l'ordre de quelques dizaines de mégabits par seconde.

 

D'autre part, la modernisation des capacités de transmission mobile passera aussi par une rationalisation de la ressource rare que constituent les fréquences radio. L'extinction de la télévision hertzienne analogique (en 2011 en France et dans la plupart des autres pays européens) et l'allocation du "dividende numérique" correspondant (fréquences radio libérées à cette occasion) constituent à cet égard un rendez-vous historique pour lancer la "télévision mobile personnelle" (TMP)."

 

"Le Village numérique mondial, la deuxième vie des réseaux", de Didier Lombard © Odile Jacob

Didier Lombard