Bonnes feuilles : "La deuxième vie des réseaux" Quelle avenir pour la chaîne de valeur ?

"Les projections de la chaîne de valeur des télécommunications au niveau mondial que l'on peut établir à court-moyen terme apportent essentiellement deux enseignements. Premièrement, la couche "opérateurs de réseaux" devrait rester encore longtemps la plus importante en termes de valeur ajoutée, même si la contribution des autres couches tend à progresser. Deuxièmement, la couche la plus dynamique devrait être celle des services, suivie par celle des contenus.

 

"Vers une situation en silos où un même acteur pourra maîtriser plusieurs éléments de la chaîne de valeur"

Concernant le positionnement des acteurs, parallèlement au déploiement de la fibre et à l'entrée des réseaux au cœur de leur deuxième vie, la chaîne de valeur des télécommunications devrait continuer à se "mélanger", chacun faisant valoir ses avantages comparatifs qui conditionneront l'extension de son territoire, jusqu'à atteindre un nouvel état stable. C'est ainsi que l'on pourrait s'acheminer vers une situation en "silos" où un même acteur ou groupement d'acteurs pourra maîtriser plusieurs éléments de la chaîne de valeur.

 

Pour leur part, les opérateurs de réseaux, du moins certains d'entre eux, vont rejoindre le mouvement initié par les acteurs des trois autres "couches". Assumant l'essentiel du coût des futures infrastructures et face aux nouveaux revenus progressivement préemptés par de nouveaux venus, ils ont compris qu'eux aussi ont leur place au "banquet". Devenus "amplificateurs d'audience", ils savent surtout qu'ils ont, dans cette course aux services et aux contenus, des avantages comparatifs essentiels, qu'il s'agisse de leur proximité et de leur connaissance du client ou de leur capacité à garantir la sécurité de l'utilisation des données personnelles tout en exploitant au mieux leur potentiel."

 

"Le Village numérique mondial, la deuxième vie des réseaux", de Didier Lombard © Odile Jacob

Didier Lombard