La FCC suit AT&T et ouvre une enquête sur Google Voice


Le gendarme américain des télécoms demande des explications à Google sur certaines pratiques de blocage d'appels depuis Google Voice.

AT&T a-t-il convaincu la FCC de s'intéresser à Google Voice ? Le gendarme américain des télécoms a en tout cas demandé à Google des explications sur son service de VoIP, quinze jours après qu'AT&T se soit plaint. La FCC a envoyé vendredi 9 octobre un courrier à Google pour savoir pourquoi il bloquait certains appels vers des zones rurales des Etats-Unis, comme le lui reprochait l'opérateur télécoms. "Il est interdit de refuser de desservir les campagnes pour abaisser les coûts", a précisé la FCC.

Google a répondu sur son blog en avançant deux raisons. D'une part, les opérateurs locaux bloqués factureraient des frais de terminaisons d'appels "exorbitants". D'autre part, ils auraient des partenariats avec des services téléphoniques payants pour adultes. Or Google veut garder Voice gratuit.

La FCC a également demandé à Google s'il considérait Voice comme un service Internet ou comme un service téléphonique. Google estime qu'il s'agit d'un service Web, et ne doit donc pas être soumis à des règles aussi contraignantes. Voice est une plate-forme Web de gestion des appels téléphoniques, basée sur la technologie de la société GrandCentral rachetée en 2007 (Lire l'article Google rachète le service VoIP GrandCentral, du 04/07/07).

Google et AT&T se livrent depuis plusieurs mois une bataille d'influence auprès du gendarme des télécoms. La semaine dernière, sous la pression de la FCC et de Google, AT&T avait accepté de laisser ses clients utiliser des applications VoIP sur leur iPhone, dont l'opérateur détient l'exclusivité aux Etats-Unis (Lire l'article AT&T offre la VoIP sur mobile aux utilisateurs d'iPhone, du 07/10/09).

Google / Blog