Orange attaque Free pour diffamation


Critiqué à plusieurs reprises par les dirigeants de Free, Orange réplique en portant plainte pour diffamation.

Orange voit rouge. L'opérateur historique a annoncé vendredi 20 mars qu'il portait plainte pour diffamation contre les dirigeants d'Iliad-Free. En cause, les récentes déclarations dans le journal "Les Echos" du directeur général d'Iliad Maxime Lombardini. "On a le droit de s'attaquer entre entreprises, mais ce que j'ai lu dans la bouche de Maxime Lombardini dans Les Echos m'a choqué", a déclaré Xavier Couture, directeur des contenus d'Orange.

Le directeur général avait affirmé il y a une semaine que "France Télécom a une apparence, celle d'un opérateur innovant, et une réalité, celle d'un acteur dominant". Selon lui, "la réalité, c'est que France Télécom n'investit pas dans les contenus pour battre Canal+ dans la télévision payante. Il utilise la distribution des contenus à ses seuls abonnés pour éliminer ses concurrents dans les télécoms", faisant référence à la politique d'acquisitions de contenus du groupe.

Des propos confirmés quelques jours plus tard par un autre dirigeant de Free, Xavier Niel. Le fondateur de la société affirmait, lors de la présentation de ses résultats, que France Télécom était un "délinquant multi-récidiviste". 

Les tensions entre Orange et ses concurrents Free et SFR se sont intensifiées depuis plusieurs mois. Ces derniers se sont notamment plaints auprès des institutions européennes des tarifs de dégroupage d'Orange. Les deux sociétés ont par ailleurs obtenu du Tribunal de commerce de Paris fin février l'arrêt de l'exclusivité de la diffusion de sa chaîne Orange Sport (Lire Quand Free et SFR pourront-il proposer Orange Sport ?, du 17/03/09).

Orange / Free