Justice : le PDG de Fastweb temporairement remplacé


Fastweb a indiqué que son PDG renonçait à ses fonctions le temps de l'enquête de la justice portant sur le rôle du FAI italien dans une gigantestque affaire de fraude.

Le FAI italien Fastweb a annoncé que Stefano Parisi quittait temporairement ses fonctions de PDG à la demande de la justice, afin qu'elle n'ait pas à placer la société sous administration judiciaire pendant l'enquête portant sur son rôle dans une affaire de fraude. Stefano Parisi est remplacé par Carsten Schloter, PDG de Swisscom, qui détient 82 % du FAI italien.

Ce compromis a été trouvé après que les procureurs en charge de l'enquête ont demandé que Fastweb et Sparkle, une filiale de Telecom Italia, soient placés sous administration spéciale. Telecom Italia et Fastweb sont en effet soupçonnés d'avoir blanchi 1,8 milliard d'euros pour le compte de l'organisation mafieuse Ndrangheta entre 2003 et 2006.

Selon la justice locale, les deux groupes auraient pratiqué une gigantesque fraude à la TVA en multipliant les échanges de fausses factures entre des sociétés de complaisance basées à l'étranger. Environ 60 personnes ont été arrêtées. Le scandale touche à la fois des dirigeants, des politiques, ainsi que l'un des hommes les plus riches d'Italie, Silvio Scaglia, le fondateur de Fastweb, qu'il a revendu à Swisscom en 2007.

Fastweb a aussi précisé avoir mis de côté 70 millions d'euros en tant que garantie fiduciaire pour couvrir les risques financiers associés à l'affaire, en attendant le résultat de l'enquête. En conséquence, la société publiera une perte de 34 millions d'euros pour 2009 au lieu du bénéfice de 36 millions précédemment annoncé.

Juridique