Argentine : Telefonica et Telecom Italia accusés de monopole

Le Comité congressionnel des télécommunications argentin juge que la part minoritaire de Telefonica dans le capital de Telecom Italia Argentine viole les lois anti-monopole du pays. En octobre 2007, l'opérateur historique espagnol a rejoint un consortium d'investisseurs qui a acquis 24,7 % du capital de l'opérateur historique italien. Selon Telefonica, sa part équivalente à 10 % du total du capital de son homologue italien ne dépasserait pas 1,8 % du capital de sa filiale en Argentine, et que ses dirigeants n'ont pas de pouvoir décisionnel dans les marchés sud-américains où Telecom Italia opère - l'Argentine et le Brésil.

Ce n'est pas l'avis de la Commission des communications argentine qui a déposé une loi demandant au président de la république de "prendre les mesures nécessaires pour éviter des activités monopolistiques qui résulteraient de la participation de Telefonica au capital de Telecom Italia". Les filiales argentines des deux opérateurs européens dominent en effet les marchés de la téléphonie fixe et mobile et de l'accès Internet.

Telefonica