Vivendi donne son autonomie à SFR en vue de l'introduire en bourse

Vivendi vient d'annoncer un projet de scission visant à se séparer de SFR. L'opérateur devrait entrer en bourse.

Vivendi a annoncé son projet de sortir SFR de la sphère du groupe. La décision définitive, qui devrait être actée l'année prochaine lors de l'assemblé générale de Vivendi l'année prochaine, devrait conduire le groupe télécom à une introduction en bourse dans la foulée. Après avoir cédé Maroc Télécom (4 milliards d'euros), Activision Blizzard (8,2 milliards de dollars), Vivendi poursuit son recentrage dans l'univers des médias (Universal Music, Canal+...). Avec cette décision, il sort aussi de sa sphère un groupe qui souffre de l'arrivée de Free Mobile dans le secteur, et qui plombe ses comptes, avec une baisse de 11,3% de ses ventes au premier semestre.

Selon Vivendi, SFR pourra ainsi "bénéficier pleinement de l'amélioration de ses performances grâce à la transformation en profondeur de son mode de gestion, ainsi que de la revalorisation du secteur permise par l'explosion des usages autour de l'Internet à très haut débit, fixe ou mobile, et des objets connectés". Une affirmation à l'inverse de la tendance actuelle et de la baisse des marges des acteurs du marché. SFR pèse encore 40% des revenus de Vivendi et 60% de son excédent brut d'exploitation. Sa valorisation est estimée entre 12 et 13 milliards d'euros.

L'opération met par ailleurs en sourdine l'opposition entre Jean-René Fourtou et Vincent Bolloré, qui détient 5% du capital de Vivendi. Ce dernier est d'ailleurs nommé vice-président du conseil de surveillance, tandis que le premier en est le président. Les deux hommes étaient entrés en conflit au sujet de la nomination de Thomas Rabe à la tête du directoire du groupe. Un choix soutenu par Jean-René Fourtou et contesté par le milliardaire breton.

SFR / Vivendi