L'e-tourisme progresse en 2007 malgré un marché en baisse

Alors que le marché du tourisme est en berne, les reservations sur Internet ne cessent de croître, selon la cinquième édition du baromètre du tourisme Opodo et Raffour Interactif.

"L'année 2007 a été une année exceptionnelle." Petra Friedmann, directrice générale d'Opodo France, n'a pas caché sa satisfaction en présentant les résultats de son baromètre annuel du tourisme, réalisé en janvier dernier avec le cabinet d'études et de conseil Raffour Interactif.

 

L'ensemble du secteur n'a pourtant pas de quoi être enthousiaste. L'étude met en lumière une baisse du taux de départ global en 2007 de 1 point par rapport à l'année précédente. 60 % de la population de plus de 15 ans a ainsi réalisé un séjour (hors déplacements professionnels, réunions de famille et voyages scolaires) en 2007, contre 61 % en 2006 et 64 % en 2003. Guy Raffour, PDG du cabinet Raffour Interactif l'explique par une baisse du pouvoir d'achat.

 

Mais si Petra Friedman s'enthousiasme, c'est que côté e-tourisme, le bilan est bien différent. A mesure que la population française s'habitue à l'usage de la Toile, la proportion de Français préparant leurs voyages en ligne ne cesse de croître. 21 % des Français étaient partis en voyage grâce au Web en 2003. Ils sont dorénavant 44 % pour l'année 2007. Pour les seuls internautes partis dans l'année, ce taux grimpe à 62 %.

 

Les Français sont par ailleurs plus nombreux à acheter leurs vacances en ligne, tous produits confondus : 7,8 millions en 2007 selon les projections du cabinet d'études, soit 25 % des vacanciers dénombrés et plus de 36 % chez les internautes ayant voyagé. C'est trois fois plus qu'en 2003. Petra Friedmann s'en félicite, rappelant que "la confiance en Internet ne cesse de croître et a dépassé les 95 % selon le dernier bilan de la Fevad" (lire article 16 milliards d'euros pour l'e-commerce en France, 25/01/08).

 

Parmi les atouts que les sondés reconnaissent à la Toile, le confort qu'offre sa disponibilité permanente arrive en première position. Viennent ensuite un meilleur rapport qualité prix et la facilité de comparaison des tarifs. La directrice générale d'Opodo avance également "l'effort del'industrie - tours opérateurs et compagnies - fait pour offrir des prix compétitifs". Ainsi, elle a constaté une baisse de 10 euros en un an du prix moyen d'un billet d'avion sur son site, et ce malgré la hausse du prix du pétrole.

 

La hausse du réchauffement climatique n'a pas entamé l'appétit pour l'achat de voyages en ligne. Au contraire. 48 % des personnes interrogées avouent ne pas du tout être influencées dans l'organisation de leurs voyages par la problématique environnementale, contre 51 % un an plus tôt. Petra Friedmann estime que son rôle consiste surtout à donner "le plus large choix à ses clients" . Et de conclure par une vision plus personnelle et humaniste : "les voyages participent aussi au réchauffement entre les peuples".

Opodo