Virgin lance une place de marché pour jets privés

Le groupe de Richard Branson a lancé mardi 4 mars Virgin Charter, une place de marché spécialisée dans la réservation de jets privés. Objectif : se faire une place sur un segment de niche en plein boom.

Après Virgin Atlantic, Richard Branson persévère dans l'aviation, version eBay. L'entrepreneur en série a annoncé mardi 4 mars le lancement de la version bêta de Virgin Charter, une place de marché spécialisée dans la réservation de jets privés au départ des Etats-Unis. Il espère ainsi se tailler la plus grosse part d'un marché en plein boom depuis les attentats du 11 septembre 2001, évalué à 30 milliards de dollars aux Etats-Unis.

 

Actuellement, la plupart des réservations de jets privés se fait en général par téléphone via des courtiers spécialisés. Or la tâche peut s'avérer fastidieuse au point de pouvoir parfois nécessiter plusieurs heures de recherche et de comparaison. En mettant directement clients et compagnies en relation, Virgin Charter entend donc simplifier la réservation d'appareils. Mais pas seulement : la filiale de Virgin USA prétend pouvoir proposer des tarifs 20 % inférieurs à ceux du marché traditionnel, en prélevant une commission inférieure à celle des courtiers.

 

Outre-Atlantique, plusieurs pure players ont déjà pris position sur ce marché, comme CharterX ou AirCharter.com DayJet (lire DayJet lance un service de jets privés à la demande sur Internet, du 20/09/07) avec plus ou moins de succès, la mise à jour des tarifs et de la disponibilité des différents avions devenant rapidement complexe. Virgin Charter veut justement déléguer cette tâche aux compagnies elles-mêmes : lorsqu'un client soumettra un itinéraire, les différentes compagnies intéressées formuleront un devis sous forme d'enchère.

 

Pour convaincre ces dernières de jouer le jeu, Scott Duffy, le directeur général de Virgin Charter à l'origine du projet, dispose d'un argument de poids : Virgin Charter leur permettra d'optimiser l'utilisation de leurs appareils en évitant les vols "à vide". Selon lui, 40 % des vols de l'aviation privée aux Etats-Unis se font tout simplement sans passagers, les compagnies n'attendant généralement pas le trajet retour de leurs clients pour ramener les appareils sur leurs aéroports d'origine. Cette optimisation des jets devrait également favoriser l'émergence de tarifs plus compétitifs.

 

La sortie de la version définitive de cette place de marchée spécialisée est prévue pour le mois de septembre. Sur les quelques 2.500 compagnies aériennes spécialisées dans l'aviation privée (dont la plupart ne possèdent que trois à quatre avions), la filiale de Virgin USA a réussi à convaincre une soixantaine d'opérateurs de participer à sa version expérimentale. D'ici l'automne elle souhaite passer des partenariats avec une centaine de compagnies, donnant accès à un millier d'appareils.

 

Virgin Charter n'opérera dans un premier temps qu'aux Etats-Unis où le nombre de jets privés en circulation devrait doubler d'ici 2020 pour atteindre 22.000 appareils, selon l'administration fédérale de l'aviation américaine. Selon l'agence Reuters, Virgin Charter devrait cependant étendre rapidement son activité en Europe.

Richard Branson / Virgin