Envoyer Imprimer
Wall Street débute la semaine timidement (Photo Bryan R. Smith/AFP/Archives)

Lundi 20 mars 2017, 21h41
Wall Street a terminé sans tendance une séance terne et manquant d'élan, les investisseurs restant attentifs aux déclarations des responsables de la Réserve fédérale (Fed) et aux développements politiques: le Dow Jones a perdu 0,04% mais le Nasdaq a pris 0,01%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé 8,76 points à 20.905,86 points alors que le Nasdaq, à dominante technologique, a avancé de 0,53 point à 5.901,53 points. L'indice élargi S&P 500 a lâché 4,78 points, soit 0,20%, à 2.373,47 points.

"On n'a pas bougé", a commenté Chris Low, de FTN Financial. "Tout le monde a regardé la déposition de (James) Comey et réfléchit à ce que cela peut bien vouloir signifier."

Le directeur du FBI a infligé lundi un double revers politique à Donald Trump en confirmant enquêter sur une possible collusion avec la Russie pendant la campagne électorale, et en battant en brèche les accusations de mise sur écoute de la Trump Tower par Barack Obama.

Mais sur le plan de la présidence de M. Trump, "ce qui compte vraiment c'est l'ampleur, l'échéance et la forme que prendront les baisses d'impôts qu'il proposera en mai", a pour sa part estimé Ian Shepherdson de Pantheon dans une note.

Autres interventions sur lesquelles les investisseurs ont gardé un oeil, celles des responsables de la Fed, qui vont s'étaler sur toute la semaine après la hausse sans surprise des taux mercredi.

Pour l'avenir, la Fed "n'a pas eu l'air plus encline au resserrement monétaire (...) et je pense que c'est ce que l'on voit avec ses responsables pour l'instant", a commenté Art Hogan de Wunderlich Securities, jugeant par ailleurs le marché "attentiste" en l'absence d'indicateurs économiques américains en ce début de semaine.

Le pétrole, qui a une nouvelle fois baissé lundi et a déjà perdu 11% depuis le début du mois de mars, "pèse également sur le marché" a ajouté Chris Low, notant l'impact particulier que cela avait eu sur le secteur pétrolier et gazier.

- Caterpillar monte -

Les marchés ont également cherché à évaluer les éventuelles conséquences du sommet du G20 ce week-end au cours duquel les ministres des Finances n'ont, sous la pression des Etats-Unis, pas réaffirmé leur traditionnelle opposition au protectionnisme dans leur communiqué final.

Les investisseurs ont de plus dû assimiler l'annonce du déclenchement le 29 mars du processus de sortie de l'Union européenne (UE) par le Royaume-Uni et se montreront attentifs, après la clôture, au débat entre les cinq principaux candidats à la présidentielle en France.

Au sein du Dow Jones, le premier constructeur mondial d'engins de chantier Caterpillar, a enregistré un très léger déclin de ses ventes totales mais une hausse de celles des engins destinés au secteur de la construction. Cela a semblé enrayé la forte chute de ses ventes depuis plusieurs années, souffrant particulièrement du ralentissement de l'activité minière, et a fait progresser son titre de 2,68% à 95,40 dollars.

Toujours au sein de l'indice phare, le géant du divertissement Disney a pris 0,85% à 112,71 dollars, son adaptation filmée de "La Belle et la Bête" effectuant un démarrage tonitruant au box-office américain.

Dans le secteur pharmaceutique, Nektar Therapeutics s'est envolé de 43,29% à 22,21 dollars après avoir annoncé de bons résultats dans le développement d'un traitement de la douleur.

Le marché obligataire montait. Vers 20H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,463%, contre 2,502% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,076%, contre 3,109% précédemment.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages