Envoyer Imprimer
Un champ de blé à Allones (Sarthe), le 16 juillet 2017 (Photo JEAN-FRANCOIS MONIER/AFP/Archives)

Lundi 17 juillet 2017, 12h55
L'Union européenne et le Brésil ont déposé lundi devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) une proposition conjointe pour limiter les déséquilibres commerciaux liés aux subventions publiques accordées aux agriculteurs, a annoncé la Commission européenne.

"La proposition suggère de mettre les membres de l'OMC sur un pied d'égalité en limitant les subventions agricoles qui provoquent des distorsions dans les échanges commerciaux", explique l'exécutif européen dans un communiqué.

Selon la proposition européo-brésilienne, les aides devront être corrélées à la taille du secteur agricole dans chaque pays.

Les deux parties, qui sont deux des principaux producteurs de produits agricoles dans le monde, proposent également de prendre en compte les "besoins spécifiques" des pays les plus pauvres. Les pays les moins développés pourraient ainsi être exemptés de toute limitation dans les subventions.

D'autres pays, en développement, auraient plus de marges de manoeuvre et pourraient "prendre plus de temps pour s'adapter".

La proposition s'attache également à s'ajuster en fonction des secteurs, en particulier celui du coton, "étant donné son importance dans de nombreux pays en développement".

Cette annonce du Brésil et de l'UE se fait en amont de la 11ème conférence ministérielle de l'OMC prévue en décembre à Buenos Aires.

"Cette proposition devrait amener les autres membres de l'OMC à suivre notre exemple et donc à assurer une uniformisation des règles du jeu pour tous les agriculteurs sur les marchés locaux, régionaux et mondial", a assuré Phil Hogan, commissaire européen à l'Agriculture, cité dans le communiqué.

La Colombie, le Pérou et l'Urugay ont déjà exprimé leur soutien à cette proposition, ajoute la Commission.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages