Envoyer Imprimer
Wall Street termine en hausse le 7 novembre, aidée par les secteurs de l'industrie et de la technologie (Photo Bryan R. Smith/AFP/Archives)

Jeudi 07 décembre 2017, 22h46
Wall Street a terminé en hausse jeudi, aidée par les secteurs de l'industrie et de la technologie tout en gardant un oeil sur les négociations autour de la réforme fiscale: le Dow Jones a pris 0,29% et le Nasdaq 0,54%.

Selon les résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average, l'indice vedette de Wall Street, est monté de 70,57 points à 24.211,48 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 36,47 points à 6.812,84 points.

L'indice élargi S&P 500 s'est apprécié de 0,29%, ou 7,71 points, à 2.636,98 points.

"Il n'y a a priori pas d'information majeure venant justifier cette hausse, si ce n'est peut-être un certain optimisme vis-à-vis du processus de négociation en cours sur la réforme fiscale", a avancé Karl Haeling de LBBW.

Des parlementaires du Sénat et de la Chambre des représentants tentent actuellement de trouver un compromis entre leur version respective de cette grande promesse de Donald Trump.

"On entend parler de discussions à propos d'un impôt sur les sociétés autour de 22% plutôt que 20% et à propos de l'abandon de l'+Alternative Minimum Tax+, que les sénateurs voulaient conserver pour les entreprises", a indiqué M. Haeling. Ce dispositif impopulaire vise à s'assurer que chaque contribuable acquitte un montant minimum d'impôt.

Rien ne sera figé dans le marbre tant que le financement du texte restera flou, a toutefois noté M. Haeling.

Le marché semble malgré tout solidement disposé à continuer à monter, a estimé Adam Sarhan de 50 Park Investment.

"On n'a pas eu de correction, c'est-à-dire de baisse des indices de 5% ou plus, depuis le premier trimestre 2016 et il ne serait absolument pas étonnant de voir les indices se replier un peu", a-t-il rappelé.

"Mais pour l'instant le marché réagit à toute information, qu'elle soit positive ou négative, en continuant à progresser" et les investisseurs "ne souhaitent pas aller à l'encontre de cette tendance", a observé le spécialiste.

- Lending Club trébuche -

Les courtiers attendent aussi la diffusion vendredi du rapport mensuel officiel sur le marché du travail américain.

Les chiffres diffusés jeudi sur l'emploi étaient à cet égard plutôt encourageants: les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont très légèrement baissé, contredisant les prévisions des analystes.

Sur le front des valeurs, le secteur industriel a mené la marche, l'indice le représentant au sein du S&P 500 prenant 0,90%. Celui représentant le secteur technologique a grimpé de 0,65%, emmené par quelques valeurs phares comme Facebook (+2,32%) ou Alphabet (+1,23%), la maison-mère de Google.

General Electric s'est apprécié de 0,28% à 17,71 dollars. Sa branche énergie GE Power a annoncé une réduction de son effectif mondial d'environ 12.000 postes dans le cadre d'un vaste plan de restructuration visant à "renforcer" sa compétitivité.

La société de prêts entre particuliers Lending Club a chuté de 15,53% à 3,59 dollars après avoir notamment révisé à la baisse ses prévisions pour le quatrième trimestre lors d'une journée investisseurs.

Le groupe de semi-conducteurs Broadcom a fini stable à 263,89 dollars après avoir publié un chiffre d'affaires et des bénéfices pour le quatrième trimestre de son exercice fiscal supérieurs aux prévisions.

Le vendeur de vêtements de sport Lululemon a lui bondi de 6,43% à 72,01 dollars après avoir également annoncé des résultats trimestriels au-dessus des anticipations, et avoir relevé ses prévisions annuelles.

Le marché obligataire reculait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait vers 21H35 GMT à 2,360%, contre 2,339% mercredi soir et celui des bons à 30 ans à 2,759%, contre 2,730% la veille.

Envoyer Imprimer


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2017 Agence France-Presse. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité Economie   Haut de page
 

Annonces Google

 

Sondage

Le montant des salaires des grands patrons français vous choque-t-il ?

Tous les sondages