Le filon des aliments pour allergiques Le sans-gluten : un gros coup marketing

Les produits sans gluten représentent pour l'instant le plus gros de l'offre. Cette allergie, qui concernerait 1 à 2% de la population (soit potentiellement 600 000 personnes), est sous-diagnostiquée : à peine 10% des personnes concernées en seraient informées. "Rien qu'en améliorant le dépistage, le potentiel est énorme", se réjouit Rachel Larivière.

Xerfi prévoit d'ailleurs des ventes de 50 millions d'euros en 2012, le double de celles enregistrées en 2009. Mais ce qui intéresse le plus les distributeurs, c'est la clientèle potentielle derrière les allergiques. En effet, celle-ci peut s'élargir à toute la famille : si on prépare des pâtes sans gluten pour un membre de la famille, il est probable que ses frères et sœurs vont partager le même plat.

Mais surtout, ces produits, bien que nettement plus chers que les aliments classiques, visent à séduire une clientèle soucieuse de sa santé. Pour cela, les fabricants ont retravaillé leur gamme. "Nous avons porté beaucoup d'attention sur la présentation des produits", assure Rachel Larivière. "Les produits sans gluten étaient jusqu'ici connotés négativement, associés à la maladie". Les emballages bleu clair tranchent en effet au rayon diététique de la grande surface. Le goût, lui aussi, a été amélioré.

20% des adultes sont persuadées d'être allergiques alors que le taux de prévalence réel est de 1 à 2%.

Les distributeurs ont d'autant plus raison d'y croire que le marché est déjà bien supérieur dans d'autres pays. Au Royaume-Uni par exemple, le marché du "free-from" pèsera 350 millions de livres en 2012 selon Mintel (415 millions d'euros). Le marketing semble y avoir été particulièrement efficace : 20% des adultes sont persuadés d'être allergiques alors que le taux de prévalence réel est de 1 à 2% selon différentes études européennes.

Autour du même sujet